mercredi 22 octobre 2014

Route du Rhum / PRB fiabilisé et optimisé, Vincent Riou : "Là, j'y vais pour gagner !" (ITW)

Après deux participations qui se sont soldées par un abandon (démâtage) en 2006 et une 5ème place en 2010, Vincent Riou aborde la Route du Rhum 2014 avec une seule ambition : la victoire. Rencontre.


Vincent Riou : "Je dispose des moyens pour gagner"
Credit : E.Stichelbaut/PRB

Dans quel état d'esprit abordes-tu cette Route du Rhum ?
Vincent Riou : "J’arrive avec une approche très différente des deux précédentes éditions. Les deux autres fois, en 2006 et 2010, il s’agissait d’une étape dans ma préparation et celle du bateau pour le Vendée Globe. Ce n’était donc pas un objectif prioritaire. Là, j'y vais pour gagner ! Cette Route du Rhum est en haut de la pile de mes priorités. Et je dispose des moyens pour y arriver car PRB est aujourd'hui un bateau fiabilisé et optimisé et non en mise au point."


Comment te sens-tu ?
V.R. : "Je me sens détendu. Dans un sport mécanique, quand tu as réglé les questions de performance et de mise au point, cela enlève déjà un gros poids."


En quoi consiste les mois précédant un départ de Rhum ?
V.R : "Beaucoup de navigations en condition de solitaire, de la préparation physique. J'ai entrepris de nouvelles choses en terme de méthodologie : mes erreurs en course en viennent pas d'un défaut de connaissance météo, tactique ou stratégique. Seulement, je me laissais trop dominer par d'autres problématiques et elles jouaient sur ma clairvoyance."



Quels sont tes principaux concurrents ?
V.R : "J’en vois trois : François Gabart (Macif ), Marc Guillemot (Safran), Jérémie Beyou (Maître Coq). François est le plus dangereux car il dispose du projet le plus homogène, est un bon marin et possède une machine polyvalente. Je mettrais les deux autres un cran au-dessous, mais souvent, sur la Route du Rhum, la pratique met à mal la théorie. Jérémie est un super marin mais technologiquement, son bateau me semble un peu en retard sur les autres. Marc est également un bon marin avec une grosse expérience mais j’observe que son couple skipper/bateau nous a rarement devancés."

Par la rédaction
Source : ScanVoile (via DP)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?