dimanche 19 octobre 2014

Volvo Ocean Race / Trois ans déjà, les mots de Franck Cammas, dernier vainqueur : "Le monde change vite"

La Volvo Ocean Race 2014 vient de s'élancer d'Alicante. C'est parti pour neuf mois de course autour du monde. Une course qui ne laisse évidemment pas indifférent son vainqueur en titre : Franck Cammas. Le Français et son Groupama Team avaient marqué les esprits en 2012. Première participation sur une course dominée par les Anglo-Saxons et la victoire était au bout ! L'occasion pour le skipper français de prendre la plume. 



Franck Cammas à la barre de Groupama 4 sur la Volvo Ocean Race 2012.
Crédit : Y Riou


Mot de Franck Cammas à l’occasion du départ de la Volvo Ocean Race

"Trois ans déjà.

Trois ans que Groupama 4 prenait le départ de la première étape de la Volvo Ocean Race. Trois ans que rares étaient ceux qui supportaient le VOR 70 tricolore. Certains étrangers nous surnommaient même les « monkeys ».

Neuf mois plus tard, ils n’avaient d’autre choix que de nous serrer la main en ajoutant « congratulations ».

Quand nous avons décidé de nous lancer dans ce projet Volvo avec Groupama en 2008, le pari paraissait insensé. A l’époque, nous n’avions pas encore remporté le trophée Jules Verne. Et les trimarans Groupama s’étaient principalement illustrés sur les courses transatlantiques en double et sur les Grands Prix ORMA.

Mais jamais en monocoque et encore moins autour du monde.

A plus d’un titre, ce projet Volvo relevait autant de l’aventure humaine que de la course au large pour nous, « petits frenchies ». Pour finir, nous avons eu les deux et même plus avec la victoire.

Je me souviendrai toujours de la joie de notre équipier d’avant, Brad Marsh lors de notre première victoire d’étape à Auckland, dans son pays. Non sélectionné dans son équipe nationale, il se permettait de gagner chez lui, à la maison, devant ses compatriotes de Team New Zealand. Incroyable.

Aujourd’hui, si aucun bateau battant pavillon français n’a pris le départ à Alicante, nous ne pouvons que nous réjouir de constater que les équipiers tricolores, pour ne pas dire bretons, forment le premier contingent national. Oui, vous avez bien lu : le premier. Devant les néo-zed, suédois, espagnols ou autres anglo-saxons.

Comme quoi le monde change vite…

Si l’on excepte certains équipiers de Groupama 4 parmi les dix (Caudrelier, Riou, Marsset, Pagès) la majeure partie vient d’ailleurs et souvent du solitaire (Bidégorry, Escoffier, Peron, Rouxel, Lunven, Marchand, Desjoyeaux).

Figaristes de talent, solitaires chevronnés et équilibristes expérimentés, ils se sont fait cornaquer par des équipages qui ne sont pas juste là pour participer. Loin s’en faut.

Iker Martinez, Bouwe Bekking, Charlie Enright ou encore Bruno Dubois et Mark Turner (pour les chinois de Dongfeng) ne sont pas du genre à faire dans le social.

Si ce dix tricolore est au départ, c’est que le modèle français se porte bien. Par sa filière solitaire tenue par Christian Le Pape mais aussi par la filière équipage progressivement développée par le Groupama sailing team en une quinzaine d’années.

Aujourd’hui sur les rails, ces marins français du large seront demain rejoints par leurs congénères de la régate en baie à bord des plus rapides bateaux jamais conçus, les AC62.

En montant le projet Team France avec Olivier de Kersauson et Michel Desjoyeaux, nous voulons démontrer que, comme nous l’avons fait sur la Volvo, un équipage tricolore peut gagner la course. Il nous faudra probablement plusieurs éditions pour y parvenir mais nous y arriverons. Nos ingénieurs, nos architectes, nos chantiers, nos gréeurs, nos maîtres voiliers et bien entendu nos marins le méritent. Ils le prouvent encore aujourd’hui, au large des côtes africaines, en route vers Cape Town.

Bon vent à eux et que le meilleur gagne."

Crédit : I Roman / VOR 2012

Souvenir : La victoire de Franck Cammas et les hommes de Groupama 4 !

http://www.scanvoile.com/2012/07/video-derniere-epreuve-de-la-volvo.html

Par la rédaction
Sources : Team France - ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?