jeudi 27 novembre 2014

Vendée Globe / A 65 ans, Eric Loizeau rêve d'être au départ en 2016 avec des entrepreneurs soixantenaires

Skipper emblématique des années 80 et montagnard, Eric Loizeau a un regret, celui de n’avoir jamais couru le Vendée Globe. A 65 ans, sa forme exceptionnelle lui permet d’envisager de prendre le départ de la prochaine édition en 2016. Il met en place un projet innovant: valoriser des projets issus d'entrepreneurs soixantenaires audacieux et entreprenants.



Credit : Th.Martinez/Sea&Co

« Quand un type de plus de 50 ans comme moi a quitté la course au large depuis plusieurs années, pourquoi le sponsoriser alors qu’il ne peut pas prétendre gagner ? Il me fallait un concept.» Eric Loizeau a envie de démontrer que tout est question de volonté et qu’il est possible de s’épanouir et d’entreprendre après 60 ans. L’expérience est même un atout.


Vers le Vendée Globe 2016
Un dispositif d’identification, de soutien et de mise en lumière de projets portés par des soixantenaires sera mis en place grâce à l’activation d’une communauté de séniors. Des événements originaux, une plateforme digitale animés par une équipe de communication pointue permettront de concrétiser ce projet original au cœur de la problématique des séniors dans le monde du travail.

Après ving courses transatlantiques, deux tours du monde en équipage, Eric Loizeau a maintenant envie de se lancer dans une compétition ultime, le Vendée Globe : « J’ai envie de naviguer seul dans le sud, je ne l’ai jamais fait, cette course est formidable. Physiquement je suis prêt. Je fais du sport tous les jours, très souvent en montagne, c'est la meilleure des préparations."


Skipper des années 80
En 1971, il rencontre Eric Tabarly, reste quatre ans à ses côtés et apprend tout de la course au large. Après une Whitbread (Volvo Ocean race), c’est le grand saut. Eric Tabarly prête Pen Duick 3 à Eric Loizeau qui l’arme pour une seconde Whitbread sous le nom de Gauloises 2. Avec son jeune équipage, il remporte deux des quatre étapes de la course. Eric sera aussi l’un des précurseurs de la course au large en multicoque, avec Gauloises puis Roger et Gallet, catamaran de 75 pieds.

…Et montagnard
Mais le sponsoring décline et plutôt que de se consacrer à la recherche de partenaires, Eric choisit de repartir à l’aventure. Jusqu’à grimper sur le toit du monde, l’Everest, en 2003.


Palmarès en bref
Vainqueur de 2 étapes de la Withbread 1977-78 sur Gauloises 3
3 tours du monde en équipage (Whitbread)
Recordman de la traversée de l’Atlantique en solitaire en 1982.

Par la redaction
Source : Kaori

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?