vendredi 2 janvier 2015

Barcelona World Race / Hugo Boss en tête, Renault Captur perd gros : "la pétole nous a pris en otage"

Pour la tête de flotte de la Barcelona World Race, le franchissement de Gibraltar devrait se faire dans de bonnes conditions. Le vent portant est au rendez-vous et seuls les effets de site, vent contre courant, peuvent lever une mer agressive au passage du détroit. En revanche, le reste de la flotte risque de souffrir : le vent est en train de mollir et la progression des équipages, de Renault Captur jusque Spirit of Hungary, va se trouver fortement ralentie.


Alex Thomson et Pepe Ribes en tête de la Banrcelona World Race.
Crédit : G Martin Raget

Au pointage de 14hTU, ce sont maintenant plus de 170 milles qui séparent l’équipage de Nandor Fa et Conrad Colman du leader Hugo Boss.

Jorg Riechers et Seb Audigane perdent gros
Si les trois premiers se tiennent encore en moins de 20 milles, l’équipage de GAES Centros Auditivos a perdu un peu de terrain la nuit dernière. Mais ce débours n’est rien par rapport à la perte subie par Renault Captur qui pointe maintenant à près de cent milles de la tête de flotte. Sébastien Audigane et Jörg Riechers paient au prix fort leur incident de drisse de spi qui les a fait décrocher de la tête de flotte.

Le gruppetto tente tant bien que mal de limiter les dégâts. C’est ce que vont essayer de faire les quatre équipages attardés, Renault Captur, One Planet One Ocean & Pharmaton, We Are Water et Spirit of Hungary. En un peu plus de deux jours de course, la Méditerranée a de nouveau créé des écarts conséquents. Les derniers routages donnent plus d’une journée de retard pour ce groupe sur les quatre échappés à l’entrée de l’Atlantique.


Vers un nouveau record entre Barcelone et Gibraltar
L’équipage d’Hugo Boss est attendu aux alentours de 18h55 (TU +1) à la longitude de Tarifa qui marque la porte de sortie de la Méditerranée. Alex Thomson et Pepe Ribes devraient donc établir un nouveau record entre Barcelone et Gibraltar.


Messages du large du 2 janvier
Jörg Riechers (Renault Captur) :
« Ce matin, la pétole nous a pris en otage en mer d’Alboran. La tête de flotte s’est échappée mais c’est la vie en Méditerranée. On est content du bateau. Nous avons reculé au classement suite à notre problème de drisse de spi qu’on est en train de payer très cher. Il faudra éviter ce genre de souci à l’avenir. Mais la route est encore longue et on va bien trouver le moyen de corriger ce début de course.  »

Guillermo Altadill (Neutrogena) :
« Jusqu’ici on n’a pas vraiment eu l’occasion de croiser nos adversaires à l’occasion d’un empannage. Le trafic maritime s’intensifie à mesure que l’on approche du détroit de Gibraltar et cela génère un peu de stress à bord. »

Pepe Ribes (Hugo Boss) :
« On n’a pas beaucoup dormi jusqu’ici. On enchaîne les empannages dès que le vent tourne. Dans ces conditions de vent, les écarts de vitesse entre les bateaux sont faibles. On devrait rester ensemble quelques jours à quelques milles d’écart. »

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) :
« Normalement le vent devrait tenir. C’est inespéré par rapport aux prévisions du départ. Là, il fait beau, la mer est plate, on a huit à neuf nœuds de vent. On est en route bâbord amure vers la côte marocaine, on espère que le vent va tourner dans le bon sens pour nous… »

Conrad Colman (Spirit of Hungary) :
"C'est frustrant. On a été un peu conservateurs dans notre choix de voile la première nuit et du coup on doit s'arracher pour tenter de conserver la même vitesse et le même cap que nos concurrents. On est maintenant piégé par l'axe de la dorsale et c'est vraiment le tunnel des horreurs avec un vent qui bascule du nord-est au sud-ouest et vice-versa. A chaque changement de voile ou virement de bord on espère se dégager de cette nasse, mais c'est peine perdue. La course est longue et j'espère que l'on aura l'occasion de se refaire. On n'a plus qu'à croiser les doigts..."

par la rédaction
Source : Barcelona World Race

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?