mercredi 18 mars 2015

ITW / Verdier - VPLP, "Pour concevoir les IMOCA, nous capitalisons sur nos différences"

Le 5 mars, le premier IMOCA nouvelle génération voyait le jour à Lorient. Le dernier né Safran, concentré d’innovations, n’est pas l’oeuvre d’un seul homme. La collaboration est aujourd'hui au cœur de la conception et au service de la voile de compétition. "Il y a une juste balance à trouver entre confidentialité et devoir de conseil." Rencontre entre les architectes de VPLP et du cabinet Verdier.


Credit : AL Guilbaud


VPLP - Verdier, pourquoi travailler ensemble ?

Guillaume Verdier (VERDIER) : « A l’époque de la conception du premier SAFRAN, en 2005, j’avais les compétences pour concevoir un monocoque de course et VPLP avait la carrure d’un cabinet et l’expérience du multicoque. Le cabinet Verdier est un consortium d’architectes indépendants et le cabinet VPLP, un bureau d’architectes navals ; nous sommes concurrents mais pour concevoir les IMOCA 60 pieds, nous capitalisons sur nos différences pour croiser les informations, monter en compétences, partager les outils, faire de nouvelles rencontres … c’est une collaboration très positive. »

Quentin Lucet (VPLP) : « Si chaque cabinet dispose de toutes les compétences pour aboutir, les outils développés en interne par chacun sont différents et permettent d’analyser les calculs avec des sensibilités complémentaires. Chez VPLP, nous avons une expertise du multicoque de large et les développements que nous avons mis en oeuvre pour les ClassC sont très pointus d’un point de vue hydro ou techno. Ces compétences ont été mises à profit pour la conception des foils de Safran par l’équipe composée d’une quinzaine de personnes."


Comment est-il possible de collaborer avec différentes équipes qui ont toutes cette même recherche de performance ?

Benjamin Muyl Design  (VERDIER) : « Il y a un principe de base : si les idées viennent de nous, nous pouvons les partager avec les autres équipes. Si elles viennent des équipes, c’est confidentiel. Il y a une juste balance à trouver entre confidentialité et devoir de conseil. Ce qui touche à la sécurité est partagé par exemple. Entre Banque Populaire et Safran, il y a eu un tronc commun d’études mais les choix stratégiques n’ont pas toujours été les mêmes entre les deux équipes. »

Xavier Guisnel (VPLP) : "Même si tous les bateaux doivent répondre aux mêmes contraintes de jauge, chaque projet a été assez différent en phase de conception. Selon les expériences des skippers et des équipes, leur vécu, les cahiers des charges changent, les inquiétudes, les envies... Il n'y a pas deux bateaux identiques".


Bientôt les premières navigations. Confiants ?

Xavier Guisnel (VPLP) : "Impatients surtout ! On va enfin voir sur l'eau ce que donnent tous les développements, comment les bateaux se comportent avec leurs foils dans la mer... Beaucoup de questions que l'on s'est posées pendant les phases d'études, mais qui ne trouveront leur vraie réponse que dans des conditions de navigations réelles ».


Mise à l'eau de Safran, dessiné par Verdier-VPLP.
Credit : E Allaire


Architectes associés au projet :
Guillaume Verdier Architecture Navale : Romaric Neyhousser / Benjamin Muyl / Hervé Penfornis et Guillaume Verdier / Len Imas et Romain Garo (CFD) / Clément Duraffourg (FEA) / Bobby Kleinschmidt (VPP) /Véronique Soulé (foil/VPP)
Cabinet VPLP : Quentin Lucet / Philibert Chesnay / Xavier Guilbaud / Simon Watin / Daniele Capua / Damien Doyotte et Vincent Lauriot Prevost
Hydrocéan (CFD sur houle) et l'Université de Kiel pour la soufflerie et CFD aéro

par la rédaction
Source : La Colloc

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?