jeudi 26 mars 2015

ITW / Vincent Lauriot-Prévost : "François Gabart aime les défis, nous sommes en phase"

A trois mois de la mise à l'eau du tout nouvel Ultime Macif 100 de François Gabart, on fait le point avec Vincent Lauriot-Prévost, son architecte. L'occasion de se remémorer ses premiers échanges avec le skipper ...


François Gabart en échange avec Vincent Lauriot-Prévost.
Credit : A.Courcoux

"Tour du monde en ligne de mire"
« Deux mois après sa victoire sur le Vendée Globe (printemps 2013), François est venu à Vannes avec Antoine Gautier (NDLR : responsable du bureau d’études) pour un déjeuner un peu informel. On a discuté de l’avenir, et notamment de ce projet de multicoque auquel il avait réfléchi ces derniers mois en mer, pour lequel il souhaitait faire avancer la réflexion : en solitaire toujours, le tour du monde en ligne de mire, en restant le plus rapide possible… On commente les bateaux concurrents existants, on évalue nos chances d'en améliorer la performance, le maniement, et l'efficacité. Il les connait déjà par cœur, il nous en apprendrait presque sur nos propres projets !

Si François est un homme pressé, il est également réfléchi et quand il parle d'égaler des temps de parcours en équipage, j'apprécie sa vision sans que cela paraisse une chimère.


"Naviguer de façon beaucoup plus aérienne"
Décision est rapidement prise de faire une étude de faisabilité, avant même un feu vert de la Macif, pour gagner du temps car déjà le compteur tourne… C'est en confiance que nous démarrons les études, j'ai la conviction qu'il ira au bout et qu'il ne nous fera pas bosser pour des prunes !

Un voyage à San Francisco, une réunion informelle avec Michel Kermarec et Herve Devaux, affairés à faire voler les bateaux de la 34ème Coupe de l'America, et nous confirmons ce que nous évoquions déjà à Vannes, et ce qui motive son équipe et la mienne, dans l'évolution de ces bateaux : le prochain bateau sera étudié pour pouvoir naviguer de façon beaucoup plus aérienne que les bateaux précédents, le tout en solitaire pour élever un peu le niveau du défi bien sûr !


"L'aventure peut démarrer"
François aime les défis, nous sommes en phase, Macif est motivé par l'aventure. Dès lors, elle peut démarrer...

On est alors à la fin de l'été 2013, le bateau doit être mis à l'eau au début de l'été 2015 ; entre les deux, il faut concevoir… Cette période est notamment celle des échanges et des choix architecturaux grâce à un rythme de réunions soutenu avec François et son équipe, à laquelle a succédé la phase de construction, celle des relations avec le team structure, le chantier et le team Macif. Au cours de cette dernière, on suit le chantier et on contrôle que nos objectifs de masse sont validés. La prochaine grande étape arrive maintenant à grand pas : celle de la mise à l'eau, qui sera suivie de la validation de la structure grâce aux tests d'efforts sur la plateforme avant navigation.


"Etre prêt pour le premier défi !"
Finalement, après toutes ces phases, peut-être la plus excitante sera celle des premiers essais où nous retrouverons les grands thèmes de la phase de conception, et partagerons avec François et son équipe la découverte du trimaran, les sensations, les données chiffrées. Bien décidés à rester sur le pont pour contribuer à valider, rectifier ou améliorer ce qui doit l’être, et être prêt pour le premier défi ! »


Vous conseille : La construction du maxi trimaran MACIF dans les temps, mise à l'eau prévue fin juin

http://www.scanvoile.com/2015/03/ultime-la-construction-du-maxi-trimaran.html


Par la rédaction
Source : Macif

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?