samedi 30 mai 2015

La Solitaire / Yann Eliès, l'homme fort du moment, rêve du triplé : "Des conditions qui me vont bien"

Demain, Yann Eliès prendra le départ de la Solitaire du Figaro pour la seizième fois de sa carrière. L’expérience, le briochin n’en manque pas. Sa grande première, c’était en 1997, il avait vingt-trois ans. Depuis, le skipper de Groupe Queguiner - Leucémie Espoir s’est forgé une réputation et un mental de champion. De retour en grande forme et bien décidé à s’offrir ce fameux triplé, il est incontestablement l’un des grands favoris de ce cru 2015. 


Credit : A.Courcoux

Une météo incertaine
« Pour l’instant, le scénario reste difficile à établir. C’est un vrai bordel ! La seule constante, c’est qu’on devrait partir avec un peu de vent de Nord-Ouest, puis avoir un passage de front un peu musclé le lundi en fin de journée » confiait-il, hier, les yeux sur son écran.

« À priori, mardi, on aura une nouvelle situation anticyclonique et on devrait contourner le Cap Finisterre au portant, mais tout cela reste aléatoire. » ajoutait-il. La flotte devrait donc faire face à des conditions très changeantes sur ce parcours de 461 milles en direction de Sanxenxo, en Espagne.

« Plus il y a de transitions, plus c’est compliqué, et mieux c’est pour moi. Il y a certes toujours le risque qu’un gars parvienne à s’échapper, c’est à double tranchant. Mais ce sont des conditions qui me vont bien » assurait le Briochin.


Premier piège : sortir de l'estuaire de la Gironde
Si la météo reste incertaine, le parcours lui, n’a plus de secret pour les quarante figaristes qui l’ont épluché à la loupe. La sortie de l’estuaire de la Gironde sera le passage le plus difficile à négocier. «J’ai vraiment hâte d’être sorti de l’estuaire, et j’espère y parvenir sans encombre. Je n’en fais pas des cauchemars, mais presque» confiait Yann en rigolant. « J’ai encore en mémoire cette image de Simon Troël à la barre, posé sur un banc de sable, en attendant que la mer remonte. Et il a attendu longtemps …»


La pression monte 
« On sent bien, Enzo et moi, que l’on est l’équipe à battre, mais on prend ça comme un jeu. On a envie d’y aller ». Du côté des adversaires, Jérémie Beyou, le tenant du titre et triple vainqueur de cette épreuve, n’est pas au mieux de sa forme, pour s’être fait opérer du genou il y a peu, mais Yann le redoute d’autant plus.

«Il faut toujours se méfier d’un homme blessé, car ça peut être une source de motivation supplémentaire. Jérémie a un énorme mental. Et puis il n’y a pas que lui ! Six ou sept autres concurrents sont dangereux. Sans oublier la petite surprise … Celle du gars que personne n’attend, et qui sort une belle étape !»

Ce soir, la flotte dispute le prologue à 17h45 et mettra les voiles sur Pauillac, où le départ de la première étape sera donné dimanche à 17h.


Vous conseille : ITW / Jérémie Beyou au départ de sa 15e Solitaire du Figaro, "Ca me plairait bien de frapper fort d’entrée"

http://www.scanvoile.com/2015/05/itw-jeremie-beyou-au-depart-de-sa-15e.html#.VWndE8_tmko


Par la rédaction
Source : Rivacom

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?