lundi 11 mai 2015

Solo Concarneau / Yann Eliès : "Ne pas stresser et ça devrait très bien se passer", podium avant La Solitaire

Vainqueur de la Solo Basse Normandie et la Solo Maître Coq, Yann Eliès aura dû se "contenter" de la troisième place sur la Solo Concarneau. Le skipper de Groupe Quéguiner - Leucémie Espoir reste cependant l’homme fort de ce début de saison. Mal parti mais auteur d’une superbe remontée, le Briochin a encore fait montre de sa vitesse et de son talent pour revenir aux avant-postes. Il conclut sa préparation en confiance, à deux semaines de la Solitaire du Figaro.



Credit : DR

Mal partir et revenir fort, l’histoire se répète un peu.
"C’est vrai qu’une fois encore, j’ai réussi à bien revenir, mais je suis déçu de ne pas avoir pu m’emparer de la première place. Remonter c’est bien, mais le mieux c’est encore de partir devant, c’est quand même plus facile. Je suis peut-être parti un peu trop tranquillement, en me disant qu’il y aurait plein d’opportunités, mais je n’ai pas su les saisir. J’ai du mal avec cette pointe bretonne, entre Penmarch’ et le Raz de Sein, je n’y arrive pas, ça fait plusieurs courses que c’est comme ça."


Trois victoires et un podium, difficile de rêver mieux pour attaquer la Solitaire du Figaro ?
"Trois victoires, ça m’aurait plu aussi ! Mais l’objectif, c’était de faire un podium à chaque course, donc le contrat est rempli. Je suis en confiance et je me sens parfaitement prêt. J’avais un petit spi à valider, qui m’a donné entière satisfaction, et m’a permis de traverser la quasi totalité de la flotte au largue serré, c’est super positif. Il me reste un grand spi qui devrait être bien aussi, mais que je n’ai pas encore pu tester."


Il ne reste que deux semaines avant la Solitaire, est-ce que le bateau est parfaitement prêt ?
"J’aurais aimé recevoir mes voiles un peu plus tôt. Il me reste le grand spi à tester, mais j’espère pouvoir faire le convoyage jusqu’à Bordeaux avec. A partir de là, oui, je serai définitivement prêt. Pour le reste, il faut que je garde le plaisir de naviguer, que je parvienne à ne pas m’énerver et ne pas trop stresser, et ça devrait très bien se passer."


Il reste 15 jours avant la Solitaire, comment allez-vous les occuper ?
"Il faudrait que je continue à faire un peu de sport, car je n’ai pas réussi à faire beaucoup de préparation physique depuis la Solo Maître Coq. Il faut que je sois un peu plus dans le travail physique que dans la récupération. Je vais faire un point avec «Enzo», mon préparateur, sur les deux ou trois détails qu’il reste à voir, et puis faire un bon convoyage jusqu’à Bordeaux pour amarrer le bateau proprement au port de la Lune à Bordeaux, le 22 mai prochain."

Par la rédaction
Source : Rivacom

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?