mardi 13 octobre 2015

Jacques Vabre / François Gabart et Pascal Bidegorry sur Macif 100 : "L’objectif n’est pas de gagner"

Vainqueur de la Route du Rhum et du Vendée Globe en IMOCA, François Gabart s'attaque à la Transat Jacques Vabre en Ultime cette année. Une grande première pour le jeune skipper qui a mis à l'eau seulement mi-août. Encore en phase d'apprentissage et de découverte de Macif 100, il revient sur ses objectifs aux côtés de Pascal Bidegorry, son co-skipper. ITW.


Credit : A.Courcoux

Quel est votre objectif sur cette Transat Jacques Vabre ? 
François Gabart : « La priorité sera de découvrir le bateau, le fiabiliser, emmagasiner de l’expérience et terminer la course ! L’objectif n’est pas de gagner mais de mettre au point le trimaran MACIF. Même en phase de découverte, nous pourrons être performants. Pascal et moi sommes des compétiteurs. Nous savons que nous avons entre les mains un bateau rapide et nous n’avons pas l’intention de ralentir. Cette année, nous mettons un bateau à l’eau et souhaitons le développer et le faire progresser en vue d’un programme de courses sur 5 ans. »

Pascal Bidégorry : « L’objectif est d’abord de prendre le départ et d’aller à Itajai dans les meilleures conditions possibles. La Transat Jacques Vabre sera un véritable galop d’essai pour le bateau. Nous allons nous concentrer sur le trimaran MACIF et ne regarderons le classement que lorsque nous aurons franchi la ligne. »


Qu’attendez-vous l’un de l’autre ?
François : « J’attends de Pascal qu’il nous apporte un regard neuf et extérieur sur notre projet, capable d’avoir du recul et de nous remettre en cause, à tous les niveaux. »

Pascal : « J’aime bien ce que François dégage et j’ai apprécié l’état d’esprit de son Vendée Globe. C’est un garçon brillant, qui a du charisme et dégage beaucoup de sérénité. »


Que vous inspire le parcours de cette Transat ?
Pascal : « C’est un parcours très riche. Il se passe plein de choses sur une Jacques Vabre, entre la sortie de Manche, le Golfe de Gascogne souvent copieux à cette époque de l’année, l’anticyclone des Açores à négocier, le contournement des îles, Madère, Canaries, Cap Vert, le positionnement par rapport au Pot au noir, et l’approche des côtes brésiliennes toujours un peu compliquée, notamment après Cabo Frio. C’est une course très dense et la différence peut se faire à tout moment. »

François : « C’est le début d’un tour du monde. Nous avons, en plus, la chance d’être en confrontation avec des skippers et des bateaux fiabilisés et performants. Cela ne peut être que bénéfique de gagner du temps en termes de mise au point du bateau. »

Par la rédaction
Sources : Windreport - ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?