mardi 20 octobre 2015

Jacques Vabre / Morgan Lagravière, Nicolas Lunven, Nicolas Boidevezi, rencontres avec les bizuths

Ils seront 34 skippers à prendre le départ de la Transat Jacques Vabre pour la première fois. Rencontres avec les bizuths de cette 12e édition.



Credit : O.Blanchet/DPPI/TJV15


Morgan Lagravière, skipper de Safran (Imoca) :
« Ca y est ! Je commence quelque chose de nouveau : naviguer en Imoca et participer à la Transat Jacques Vabre. Cela fait six mois que je m’approprie le bateau et qu’avec Nico (Lunven), nous travaillons sur les contraintes techniques et la hiérarchisation des priorités. Nous allons enfin utiliser le bateau pour de vrai. C’est génial de vivre cette nouvelle aventure à deux bizuths ! C’est ce que je voulais. »


Charlie Dalin, co-skipper de Queguiner – Leucémie Espoir (Imoca) :
« Je suis super heureux de participer à cette belle épreuve en double. J’ai l’impression de monter une marche en entrant dans la cour des skippers Imoca. Mon objectif à terme est le Vendée Globe, donc c’est important pour moi. Et la Transat Jacques Vabre part du Havre, la ville où j’ai grandi et où j’ai appris à faire du bateau. 

Mon rôle à bord ? Je vais surtout m’occuper des fichiers météo, faire tourner, les routages, effectuer les premières analyses et les présenter à Yann (Eliès). »


Nicolas Boidevezi, skipper de Adopteunskipper.net (Imoca) :
« Le bateau m’a été livré le 1er septembre, mais j’avais déjà parcouru 3 000 milles avec l’équipe d’Alex Thomson. J’ai un petit budget mais qui me permet de faire la Transat Jacques Vabre sérieusement. Ryan (Breymeier), mon co-skipper, m’aide beaucoup. Il connaît l’Imoca, a participé à la Barcelona World Race, donc me donne de bons conseils. L’idée sur ce parcours entre Le Havre et Itajaí est d’engranger de l’expérience ! ».


Alan Roura, skipper de Club 103 (Class40) :
« Je suis fier d’être au Havre. J’hallucine même de voir tous ces bateaux, les gens, les festivités sur les quais. J’ai tellement travaillé sur mon bateau pour en arriver là. La Route du Rhum a été une grosse déception (ballast fissurés), je voulais à tout prix être sur la Transat Jacques Vabre. Juliette (Pétrès) m’a proposé ses services. Elle connaît bien le Class40 et tout ce qui est logiciels et communication. Notre objectif est d’arriver de l’autre côté, et si possible mettre quatre bateaux derrière nous. »

Par la rédaction
Source : S.Gueho

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?