jeudi 22 octobre 2015

Jacques Vabre / Première course pour Actual, Yves Le Blevec : "Un front à traverser avec 40 nœuds fichiers"

J – 3 avant le coup d’envoi de la Transat Jacques Vabre, première course de l’Ultim Actual. Un mois tout juste après la mise à l'eau de leur trimaran, Yves Le Blevec et Jean-Baptiste Le Vaillant ont su aller à l’essentiel afin d’être prêts dans les temps. Objectif premier : découvrir le bateau et arriver à Itajaï et ce, malgré les conditions météo musclées annoncées pour la première nuit de course.


Credit : Th.Martinez/Sea&Co


Ils ont de la bouteille et ça se voit. Yves Le Blevec et Jean-Baptiste Le Vaillant avec l’appui de l’ensemble du Team Actual ont su, dans les quelques semaines qui leur étaient imparties, faire les choix qui s’imposaient afin que bateau et duo soient en mesure de réussir leur transat vers le Brésil.

A la question : êtes vous sereins ? Non. « Qui serait serein avec la météo qui nous attend ? Nous savons gérer ce type de situation, nous donnerons bien sûr la priorité à la sécurité et à la préservation du matériel, mais cela reste des situations à risques. »


40 nœuds en sortie de Manche
Après un départ, prévu ce dimanche à 13h30 dans des conditions maniables, les concurrents de la Transat Jacques Vabre vont devoir composer avec un passage de front en sortie de Manche. « La météo de la première nuit de course s’annonce compliquée. Il est encore trop tôt pour connaître précisément les conditions qui nous attendent, mais nous nous y préparons. »

« Une fois au large d’Ouessant, il y aura un front à traverser, avec 40 nœuds fichiers. 40 nœuds ça se gère. Ce qu’il faut anticiper, c’est l’instabilité qui suivra à l’arrière du front : les grains, les rafales, les violentes rotations du vent peuvent être piégeants.


"Nous n’irons pas nous faire du mal pour jouer le classement"
Ce qui est en revanche très appréciable, c’est que nous savons que le bateau a déjà rencontré ce type de conditions (NDLR : ex-Sodebo et plusieurs tours du monde à son actif) et nous savons aussi que nous n’irons pas nous faire du mal pour jouer le classement. La notion de performance ne sera pas au premier plan. 

Une fois que nous aurons passé ce moment un peu dur, nous aurons fait un grand pas vers le Brésil. Certains concurrents auront sans doute envie d’attaquer un peu plus… ce ne sera pas notre stratégie. »


Ambiance départ
« J’adore ces ambiances de départ de course. Je suis inévitablement un peu tendu, parce qu’il y a l’échéance du départ et la perspective du coup de vent. Il y a une forme d’inconfort, mais il y a aussi un côté très excitant. Ce sont des moments où je me sens super vivant. Cela fait partie des périodes très riches de l’existence… Et c’est aussi ce que l’on vient chercher en faisant des courses au large. J’apprécie vraiment ces moments-là. »


"Y aller tranquillement"
Jean-Baptiste Le Vaillant, co-skipper de l’Ultim Actual : « Nous n’en sommes qu’à la prise en main du bateau. Nous allons donc y aller tranquillement. J’ai déjà navigué sur ce trimaran dans de grosses conditions, nous savons ce qu’il y a à faire. »


Baptême demain 
D’ici là, le Team Actual va avoir le plaisir d’accueillir Laurence Roustandjee, la marraine du bateau, pour baptiser le trimaran rouge et noir demain soir (19h30 au Havre, Bassin Paul Vatine).

Par la rédaction
Source : Kaori

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?