mercredi 4 novembre 2015

Jacques Vabre / Macif déroule, PRB s'en sort le mieux, on fait le point à trois jours du dénouement

Les quatre classes de la Transat Jacques Vabre déroulent vers Itajaí, les deux Ultime étant sortis du Pot au Noir mardi, les premiers IMOCA la nuit dernière alors que deux Multi50 se battent encore dans le magma, et que le leader des Class40 est toujours dans de bons alizés de nord-est. Et au sein de chaque groupe, le break est fait, à l’exception des monocoques 60 pieds où le trio de tête ne lâche rien. En grands gagnants ce soir, Macif (Ultime), FenetréA Prysmian (Multi50) et Le Conservateur (Class40).



Credit : B.Stichelbaut/PRB

ULTIME : Macif engrange
La locomotive MACIF a fait le break à l’occasion de son léger décalage plus à l’est à la sortie du Pot au Noir : Thomas Coville et Jean-Luc Nélias (Sodebo Ultim’) sont encore contraints de serrer au maximum le vent pour déborder les côtes brésiliennes tandis que François Gabart et Pascal Bidégorry peuvent déjà lâcher un peu les écoutes et mettre du charbon dans la machine !

"Ca allonge la foulée. Le vent est toutefois assez irrégulier, plutôt instable : il faut être vigilant. C’est pas mal pour nous en termes de météo car on peut faire de l’écart par rapport à notre camarade Sodebo Ultim’. En multicoque, ça change super vite et avec François, on a bien compris que ça sert à rien de s’emporter : la dernière ligne droite n’est pas la plus facile et il peut y avoir des retournements de situation !" tempère Pascal Bidegorry.

Avec plus de 150 milles d’écart et un alizé qui devient de plus en plus favorable, le leader Ultime va logiquement augmenter son avance dans les prochaines heures, mais après les 800 prochains milles qui devraient être avalés vitesse grand « V », le cap Frio risque fort de relancer le duel : le golfe de Rio est actuellement noyé sous des trombes d’eau et les orages se succèdent au moins jusqu’à jeudi soir ! Il y a, à ce niveau, une zone de transition très délicate à appréhender puisque les alizés de nord devant Vitória doivent passer au sud-est au large du Cabo Frio. ETA prévue dès le début du week-end.


IMOCA : PRB, Banque Populaire VIII, Quéguiner dans un mouchoir
A 500 milles derrière, le trio leader des IMOCA a finalement rapidement négocié le Pot au Noir et serre aussi le vent pour franchir l'Equateur qu’ils devraient atteindre en fin de nuit. Les conditions sont nettement plus agréables ce mercredi midi avec des bouffées d’alizés de sud-est d’une dizaine de nœuds qui devraient prendre consistance en gagnant vers l’équateur.

Mais il va être difficile de passer à la bordée les côtes brésiliennes car actuellement, la brise ne tourne que très lentement vers l’est (à la hauteur de Recife) : le trio PRB, Banque Populaire VIII, Quéguiner-Leucémie Espoir pourrait alors passer à l’intérieur de l’archipel de Fernando de Noronha et buter sur Natal !

Un contre-bord pour se dégager des côtes serait une première sur une traversée Nord-Sud et ferait perdre un temps précieux : choisir le moment du recalage imposerait aussi un lourd choix tactique car le tampon de vent (la brise mollit près des côtes) n’est pas facile à déterminer sur les fichiers météo.


MULTI50 : Un Pot au Noir particulièrement agressif
Erwan Le Roux et Giancarlo Pedote ont vu les masses nuageuses qui les couvraient déjà depuis plusieurs heures se déplacer vers le sud. Ainsi, au fur et à mesure qu’ils arrivent à péniblement gagner des milles vers l’équateur, la zone d’ombre les suit et continue d’engluer FenêtréA Prysmian. "On pète les plombs, on est mal barré ! On est dans un amas nuageux pas très actif, et on essaye de naviguer dedans pour avoir des risées. Le Pot au Noir s’est élargi cette nuit : on bien vu les nuages de convergence devant nous sauf qu’il gagne vers le Sud en même temps que nous," se désole Erwan Le Roux.

Cela ne porterait pas à conséquence si Lalou Roucayrol et César Dohy étaient sur la même trajectoire, mais Arkema a choisi une voie nettement plus à l’est, par le 26°30W au lieu du 30°W soit près de 180 milles d’écart latéral. Un gouffre à l’image de ce Pot pourri !


CLASS40 : Tous derrière Le Conservateur
Le déraillement a été évité de justesse pour les poursuivants du leader en Class40 ! Car si la « tractrice » Le Conservateur a pu faire le plein de carburant au large des Canaries, les « tenders » V and b, Solidaires en peloton-ARSEP, Carac-Advanced Energies ont dû patienter plus d’une journée pour que le trafic normal reprenne.


Classements mi-journée
CLASS40
1 - Le Conservateur
2 - V and B à 253 milles
3 - Solidaires en Peloton ARSEP à 256

MULTI50
1 - FenêtréA Prysmian
2 - Arkema à 151 milles
3 - Ciela Village à 522

IMOCA
1 - PRB
2 - Banque Populaire VIII à 25 milles
3 - Queguiner - Leucemie Espoir à 26,70

ULTIME
1 - Macif
2 - Sodebo Ultim’ à 167 milles

Par la rédaction
Source : S.Gueho

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?