jeudi 10 décembre 2015

Trophée Jules Verne / La folle remontée d'Idec Sport attendu au Cap Leeuwin cette nuit, Spindrift 2 ralenti

Les hommes de Francis Joyon sont en train de réussir leur pari : effacer 800 milles de retard en quatre jours ! Ce jeudi, ils ont moins de 30 milles à combler. Ils passeront à l’aplomb du cap Leeuwin dès cette nuit. Spindrift 2, de son côté, a ralenti et butte sur une dorsale. La situation était attendue et il n’y a pas grand chose à y faire. Yann Guichard et son équipage ont repris l'avantage cet après-midi, avec 43 milles d'avance ce soir.


Idec Sport attaque fort dans le Sud de l'Indien. Cap Leeuwin cette nuit !
Credit : JM Liot


Folle course-poursuite
Ils n’en finissent plus de foncer, les six marins d’IDEC SPORT, engagés dans une folle course-poursuite ! Contre le chrono de référence du Banque Populaire V de Loïck Peyron. Et contre une dépression tropicale venant de Madagascar, qu’il fallait absolument garder derrière soi. C’est chose faite.


Au plus vite, au plus court
Dans le froid polaire des latitudes australes comprises entre 52 et 54 degrés Sud, l’objectif des six hommes du bord était clair : aller le plus vite possible, sur la trajectoire la plus tendue possible, et donc au plus Sud. C’est ce qu’ils font, se relayant chaque heure à la barre pour garder le maximum de concentration efficace. Les vitesses atteignent des sommets : moyennes à plus de 30 nœuds, pointes à 40, rythmes ramenés sur 24 heures supérieurs à 700 milles !

Les bénéfices engrangés sont exceptionnels : alors qu’il avait donc 800 milles de retard voilà quatre jours et encore 300 milles hier soir, IDEC SPORT est quasiment revenu à hauteur du temps de référence ce jeudi après-midi ! Moins cinquante petits milles en milieu d’après-midi. Pourquoi pas une égalisation au score dès cette nuit ?

Alors oui, les champs de vent – plus faibles dans leur sud- vont obliger les hommes de Francis Joyon à faire une route un peu plus vers le nord. Les bénéfices inédits de ces quatre dernières journées vont probablement s’estomper peu à peu, au fur et à mesure que la trajectoire virtuelle du tenant du titre va, elle, repartir vers le sud. Mais qu’importe.


Leeuwin en début de nuit
On savait que, s’il y avait effectivement du temps à gagner, ce serait dans le Pacifique, où Banque Populaire avait dû laisser échapper du temps lors de son record victorieux.

La nuit prochaine, le commando de Francis Joyon va franchir l’aplomb du deuxième des trois grands caps mythiques du Trophée Jules Verne : le cap Leeuwin, au sud-ouest de l’Australie.


Pour Spindrift 2, la tâche va se compliquer face à une dorsale. Cette dorsale se déplace assez lentement pour ralentir le maxi-trimaran, mais assez vite pour ne pas se laisser traverser.


Il n’y a donc plus qu’à prendre son mal en patience et attendre l’arrivée dans le Pacifique, dans lequel cette dorsale semble ralentir et s’affaisser. Le bilan comptable par rapport à Banque Populaire n’est pas catastrophique, car même un peu freiné, l'équipage de Yann Guichard évolue en ligne droite vers le but. Spindrift 2 est même repassé du bon côté de la barrière cet après-midi et il reste plus d’un demi tour du monde devant les étraves !


Idec Sport à 17h
Milles de retard sur le record : 26
Milles parcourus en 24 h : 743
Vitesse moyenne en 24 h : 31

Spindrift 2 à 17h15
Milles d'avance sur le record : 42
Milles parcourus en 24 h : 651
Vitesse moyenne en 24 h : 27,2

Par la rédaction
Sources : Idec - Spindrift

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?