mercredi 9 décembre 2015

Trophée Jules Verne / A l'attaque par 54e Sud, Francis Joyon et ses hommes reviennent fort

La folle cavalcade d’IDEC SPORT autour de l’Antarctique a encore payé cette nuit. En deux jours, les hommes de Francis Joyon ont refait plus de la moitié de leur retard sur le chrono à battre ! Ils affichent, en cette fin de matinée, 360 milles de retard sur le record. Ils en comptaient 795 dimanche après-midi. La raison ? Ils descendent très Sud pour coller à la route directe. En clair, ça attaque sévère !


Credit : Idec Sport (embarqué)


54°31 Sud !
Un chiffre : 54°31 Sud. Voilà la latitude glaciale à laquelle Francis Joyon et ses hommes ont envoyé un nouvel empannage hier soir, à 21h30. C’est très bas. C’est très froid. C’est au sud des îles Heard, un volcan enneigé surnommé « Big Ben », évidemment inhabité, où la température moyenne à l’année ne dépasse pas les 3 degrés.


Au plus court
Il faut avoir à l’esprit qu’en général les trajectoires autour du monde frôlent plutôt les Kerguelen… 300 milles plus au nord. Se souvenir aussi que lors de son Trophée Jules Verne victorieux, Banque Populaire V n’avait jamais dépassé les 51° Sud pendant la traversée de l’Indien.

Trajectoire tendue, donc, très tendue. IDEC SPORT tricote autour de la route orthodromique la plus courte, dans le bas du bas des cartes marines. A fond. Francis Joyon, Bernard Stamm, Gwénolé Gahinet, Alex Pella, Clément Surtel et Boris Herrmann sont engagés dans une régate impitoyable contre une dépression tropicale qui descend sur eux en provenance de Madagascar.


A l’attaque !
« Il y a un jour à gagner ou à perdre dans cette affaire, voilà pourquoi nous tentons de rester au-dessus de 30 nœuds et de raccourcir la route» estime Francis Joyon. Car rester en avant de ce phénomène permettrait de conserver cette trajectoire très tendue, alors qu’au même moment de son record Banque Populaire V avait du remonter très nord, jusqu’à moins de 500 milles de l’Australie.

En attendant, la stratégie du « tricot autour de l’ortho » est diablement payante pour IDEC SPORT. En deux jours et demi, ils ont refait plus de la moitié de leur retard sur le chrono à battre. Plus de 400 milles repris ! Dimanche, ils étaient en retard de 800 milles. Ce matin, ils n’ont plus que 380 milles de débours.

Et s’ils gagnent leur « régate » contre cette fameuse dépression tropicale, ça peut payer encore plus. Et comme côté icebergs, la situation paraît saine pour le moment – le routeur Marcel Van Triest estime ce matin que le pire est dans le sillage de ce point de vue – le mot d’ordre du bord est clair : à l’attaque !


Idec Sport à 11h
Milles de retard sur le record : 360
Milles parcourus en 24 heures : 616
Vitesse moyenne en 24 heures : 25,7

Spindrift 2 à 11h15
Milles de retard sur le record : 187
Milles parcourus en 24 heures : 553
Vitesse moyenne en 24 heures : 23,1

Par la rédaction
Source : Idec

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?