mercredi 2 décembre 2015

Trophée Jules Verne / Spindrift 2 toujours très rapide mais trop nord, Yann Guichard et ses troupes en retard

Après plus de dix jours de mer, Spindrift 2 compte quelques milles de retard sur le détenteur du Trophée Jules Verne. Il cumulait plus de 380 milles d’avance cinq jours plus tôt. L’effet d’un ralentissement progressif lors de la négociation de l’anticyclone de Sainte-Hélène, mais aussi d’une trajectoire nettement plus nord que les recordmen Banque Populaire V de 2011. On fait le point.


Credit : Y.Riou (embarqué)



Rester dans le front
L’équipage a pu accrocher la bordure Nord-Ouest d’une dépression venue de l’Uruguay et se déplaçant rapidement vers l’Afrique du Sud. Dans ce flux puissant, Spindrift 2 a pu de nouveau allonger la foulée avec les meilleures moyennes depuis son départ : plus de 34 nœuds !

Au Nord de l’île de Tristan da Cunha ce matin, Yann Guichard et ses troupes sont toujours devant ce front qui génère une brise de Nord-Ouest de 30-35 nœuds. Il doivent impérativement y rester au risque de décrocher de ce ‘tapis soufflant’, comme le trimaran IDEC Sport il y a deux jours. Car derrière cette barre nuageuse, c’est un flux plus modéré et surtout de secteur Ouest qui balaye l’Atlantique Sud, une configuration moins favorable pour aligner des moyennes au-dessus de trente nœuds vers Bonne-Espérance.


Cap de Bonne Espérance vendredi ?
Il y a quatre ans, Loïck Peyron et ses hommes avaient réalisé trois de leurs meilleures journées de leur tour du monde, à plus de 700 milles quotidiens sur une trajectoire parabolique remarquable : ils atteignaient ainsi la longitude du cap des Aiguilles (entrée officielle dans l’océan Indien) en 11j 23h 50’.

Pour conserver son avantage, il faudrait que Spindritf 2 passe ce premier cap ce vendredi 4 décembre avant 3h52 GMT.


Plus rapide mais trop nord 
Plus un bateau navigue sur une trajectoire Sud autour du Pôle, moins il parcourt de route pour faire le tour du continent glacé. L’explication du grignotage de l’avance de Spindrift 2 par rapport à Banque Populaire V tient aussi à ce paradoxe : le trimaran noir et or est actuellement plus rapide que le détenteur du record, mais navigue près de 600 milles plus au Nord. Quand Spindrift 2 est encore sur le 35°Sud, son concurrent virtuel de 2011 glissait sur le 44°Sud : pour une même vitesse, il parcourait plus de milles vers le but.


Glisser vers les 40e
La difficulté est désormais de glisser vers les 40e Rugissants tout en conservant une très grande vitesse de progression : Spindrift 2 doit profiter le plus longtemps possible de ce front tout en incurvant sa route vers le 45°Sud au passage de la pointe africaine.

Car à ce jour, les glaces dérivantes sont reléguées bien plus au Sud à l’entrée de l’océan Indien, mais surtout l’anticyclone de Sainte-Hélène s’est scindé en deux cellules dont l’une se positionne sous l’Afrique du Sud. Pour passer sous ces hautes pressions peu ventées, il faut donc négocier ce changement d’océan quasiment à la latitude des îles Marion et Prince Edward (46°35 Sud) !

Ce deuxième week-end de mer s’annonce donc très important pour se positionner dans un océan Indien qui semble très agité mais aussi pavé d’icebergs jusqu’à la latitude de l’archipel des Kerguelen.


Point météo par Jean-Yves Bernot, le routeur à terre
Le 2 décembre : toujours devant le front froid : vent de Nord Ouest de 25-30 noeuds, vitesse du bateau 30-34 nœuds. Ce système tient jusque jeudi 3 au matin. Ensuite, vendredi 4 décembre, la bulle anticyclonique s'installe au sud de l'Afrique. On aimerait bien la passer "sur l'élan". Ce n'est pas encore gagné.


Spindrift 2 à 17h15
8 milles de retard sur le record
Milles parcourus en 24 heures : 794
Vitesse moyenne en 24 heures : 33,1

Idec Sport à 17h
326 milles de retard sur le record
Milles parcourus en 24 heures : 748
Vitesse moyenne en 24 heures : 31,2

Par la rédaction
Sources : Spindrift - ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?