vendredi 1 avril 2016

Transat AG2R / Adrien Hardy et Vincent Biarnès à J-2 : "Ne jamais avoir de failles ni de passages à vide"

L'équipage d’AGIR Recouvrement attend sereinement le coup de canon de dimanche. Adrien Hardy et Vincent Biarnès, classés parmi les prétendants à la victoire, sont parés pour la Transat AG2R, ses 3 800 milles et 3 semaines de course. Le duo se confie à quelques jours du départ. 


Crédit : TB Press

A la barre
« A deux, nous n’allons presque pas utiliser le pilote, contrairement aux courses en solitaire où on le sollicite beaucoup. L’objectif est d’optimiser la vitesse pure du bateau, notamment sous spi où il est nécessaire de bien ressentir les sensations pour bien barrer, » explique Vincent Biarnès.


Tirer l'autre vers le meilleur
« La force du double, c’est de réussir à aménager des temps d’échanges et d’entraide pour amener l’équipage à un niveau d’exigence très élevé. On regarde régulièrement ce que fait l’autre pour se tirer tous les deux vers le meilleur et optimiser la marche du bateau. On ne fait pas cela parce que l’un est meilleur que l’autre mais parce que, dès que l’un a froid ou est fatigué, cela se ressent sur la vitesse. On essaie d’être attentif à ce que fait chacun pour garder un état continu de vigilance afin de ne jamais avoir de failles ni de passages à vide, » confie le skipper d'Agir Recouvrement.


Black-out la nuit
« Nous avons un classement avec la position et la vitesse toutes les 3h pendant la journée, et la nuit un black out d’une douzaine d’heure. Avec le système d’AIS qui a une portée de 5 à 10 milles, nous avons un système de positionnement en temps réel. A l’œil nu, on voit aussi les bateaux jusqu’à 5 et 10 milles et avec les jumelles de 10 à 15 milles. On peut faire des relevés au compas de relèvement, toutes les 15 à 30 minutes pour comparer la vitesse moyenne. » Malicieux, Vincent Biarnès conclut : « On peut aussi ne plus voir personne si on est en tête avec 30 milles d’avance ! »


Départ dimanche de Concarneau
A 13h, dimanche 3 avril, les seize duos engagés mettront leur étrave cap à l’ouest-sud/ouest pour sortir du cap de Gascogne et gagner dans le sud. Les Figaro devront respecter une marque de parcours aux Canaries, au large de l’Afrique, avant de mettre le clignotant vers l’ouest pour rejoindre les Antilles et Saint- Barthélémy.

par la rédaction
Source : Q Hardy - TB Press

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?