vendredi 17 juin 2016

ITW / Vainqueur en 2009, Nicolas Lunven revient sur La Solitaire, sa 8ème : "Il faut être prêt à se faire mal"

Après deux ans d’absence, Nicolas Lunven prendra part à sa huitième Solitaire Bompard, une course qui lui colle à la peau et qui l’a vu remporter sa plus grande victoire de marin professionnel en 2009. Deuxième de la Transat AG2R La Mondiale avec Gildas Mahé, quatrième de la Le Havre All Mer Cup, le navigateur a réussi son début de saison et s’affirme comme un prétendant au podium. ITW.


Nicolas Lunven revient sur La Solitaire
Crédit : JM Liot

La Solitaire du Figaro, une épreuve difficile ?
Nicolas Lunven : "C’est l’une des plus belles courses à faire en solitaire. On dit souvent que c’est d’ailleurs la plus dure au Monde ! C’est aussi une épreuve qui a marqué la course au large avec de sacrés vainqueurs. Nous allons aborder, tout de même, sa 47ème édition ! Elle est difficile car elle allie des parcours côtiers et au large sur deux à quatre jours, nous naviguons à armes égales sur des monotypes et le niveau est toujours très élevé. C’est une lutte perpétuelle contre soi-même."


Vainqueur en 2009, quel souvenir ! 
NL "Je ne venais pas pour gagner. Quand tu arrives à aller au-delà de tes objectifs, c’est du bonheur. Elle a marqué un tournant dans ma carrière. Une victoire sur la Solitaire, ce n’est pas anodin surtout devant des cadors de la discipline comme Michel Desjoyeaux, Fred Duthil, Yann Eliès, Jérémie Beyou, Armel Le Cleac’h."


Que faut-il de plus pour remporter la Solitaire ?
NL "Tout le monde essaie de savoir, personne n’a vraiment la réponse. Il faut être prêt à se faire mal, avoir une énorme envie, se mettre dans un état d’esprit particulier. Il faut aussi évidemment avoir un voilier totalement à sa main. Une Solitaire, cela se joue au millimètre. Nous naviguons à armes égales. Parfois, un choqué d’un centimètre de grand-voile ou de génois peut faire la différence. L’investissement physique et mental est très, très important."


Deuxième sur la Transat AG2R La Mondiale, quatrième sur la Le Havre All Mer Cup, ce beau début de saison vous  place en pôle position de cette Solitaire ?
NL "Ce n’est pas dans mon naturel d’être rassuré sur mes performances. Cette deuxième position est un bon point tout comme la quatrième sur la Le Havre All Mer Cup. En Normandie, en solitaire, même si j’ai mis un peu de temps à retrouver certains automatismes, j’ai gagné une course et j’avais la vista. Je préfère arriver au départ d’une course avec un maximum d’humilité, faire mon truc discrètement dans mon coin."


Yann Eliès et Jérémie Beyou, triple vainqueur de la course, ne sont pas engagés sur cette édition, Vendée Globe oblige, est ce une opportunité pour une nouvelle victoire ?
NL "J’y vois une opportunité pour l’ensemble du plateau ! Je ne veux pas faire de calculs. Il y aura au départ de cette Solitaire Bompard Le Figaro une multitude de marins capables de l’emporter. Je pense aux jeunes comme Allan Robert ou Sébastien Simon et à des skippers comme Charlie Dalin, Xavier Macaire, Anthony Marchand, Erwan Tabarly, Thierry Chabagny."

par la rédaction
Source : TB Press

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?