samedi 4 juin 2016

New York - Vendée, The Transat, Christian Le Pape du Pôle Course au Large dresse un premier bilan

Partis de New-York dimanche pour rejoindre les Sables d’Olonne, les grands favoris du Vendée Globe 2016 se livrent actuellement une belle bagarre sur l’Atlantique Nord, à l’exception d’Armel le Cléac’h contraint à l’abandon après 48 heures de course. Sept coureurs du Pôle Finistère Course au Large sont encore de la partie sur la New York - Vendée. En attendant leurs résultats, la Transat Anglaise a déjà offert un bilan très positif aux coureurs du Pôle, qui ont trusté les places d’honneur chez les IMOCA et chez les Ultim. 


Credit : M.Lloyd 

Une réussite qui conforte Christian Le Pape et son staff dans l’idée que les entraînements collectifs basés sur des valeurs humaines font recette. Une philosophie et une manière de fonctionner qu’ils s’emploient à transmettre dès le circuit Figaro.


Une Transat entre New-York et la Vendée en guise de galop d’essai
« C’est la première fois que les prétendants à la victoire pour le prochain Vendée Globe s’affrontent tous en solitaire. Cette course sera donc révélatrice. Il y a un plateau intéressant,et les bateaux semblent plus fiables même s’ils ne sont pas à l’abri de chocs avec des objets indétectables, comme le début de course vient de le montrer, » note Christian Le Pape à propos de la New-York - Vendée.

Une Transat qu'il suit de près, particulièrement les sept skippers du centre d’excellence toujours engagés. Des marins qui se sont préparés ensemble dans les eaux de Port-la-Forêt, entre confrontations au large et stages météo sous la houlette de Jean-Yves Bernot.

Et les foils ?
«Le facteur technologique, même s’il est important, n’est pas totalement déterminant. C’est une traversée de l’Atlantique en solitaire, avec tous les aléas que cela comporte, et c’est avant tout la capacité à être en harmonie avec son bateau, et à tirer tout son potentiel qui fera la différence.»

A noter toutefois que les trois leaders actuels de la New York - Vendée sont équipés de foils (Hugo Boss, Edmond de Rothschild et Maitre Coq). En tête ce matin, Jérémie Beyou, devant Alex Thomson qui lui n'appartient pas au Pole Course au Large.


Carton plein sur la Transat Anglaise
«Le plateau était faible, nous devons donc relativiser et faire preuve d’humilité. Mais une fois encore, les marins les mieux préparés en IMOCA ont été les plus performants» note Christian le Pape à propos de ce résultat. Il ajoute : «Cela confirme l’importance des stages. Ils permettent d’aller chercher les limites du bonhomme et de la machine, et il vaut mieux le faire entre Port-la-Forêt et les Glénan, qu’au large de Terre Neuve !» 

Une remarque valable pour les ULTIM, où la rapidité avec laquelle François Gabart a pris son multicoque en main pour s’imposer, a créé la surprise : «François a montré qu’il était capable de s’adapter rapidement. Il y a encore peu de concurrents en ULTIM, mais le plateau devrait s’étoffer l’an prochain, et nous espérons pouvoir faire des stages, comme celui organisé au mois d’avril. Nous avons prouvé que c’était constructif, et hyper intéressant !» s’enthousiasme Christian Le Pape.

Par la rédaction
Sources : F.Quiviger - ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?