lundi 19 septembre 2016

Transatlantique / The Bridge 2017 affrète The Queen Mary 2, quatre Ultim face à lui

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » La citation de l’écrivain américain Mark Twain est sans nul doute celle qui illustre le mieux la participation du célèbre « liner » transatlantique, le Queen Mary 2 à The Bridge. Le pari fou, imaginé par l’organisateur Damien Grimont, lancé moins d’un an plus tôt sous le haut patronage de Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense, devient aujourd'hui réalité.


The Queen Mary 2 sur The Bridge


The Queen Mary 2 fera son retour à Saint-Nazaire
Le 1er septembre dernier, à Southampton, port d’attache en Angleterre du Queen Mary 2, les représentants de l’association THE BRIDGE ont signé avec la compagnie britannique Cunard, son armateur, la convention concrétisant son affrètement dans le cadre de THE BRIDGE.

Le 24 juin 2017, le Queen Mary 2, escorté par une armada réunissant des navires battant pavillon d’une douzaine de pays, fera donc pour la première fois depuis sa livraison à la fin 2003, son grand retour à Saint-Nazaire, son berceau. Dès le lendemain, le paquebot et les coursiers océaniques rejoindront la zone de départ de The Bridge 2017, course qui les attend à travers l’Atlantique Nord, d’Est en Ouest. Arrivée prévue à New York.


Quatre Ultim au départ
Quatre maxi-multicoques ont également déjà répondu à l’appel. Sodebo (Thomas Coville), Macif (François Gabart), Actual (Yves Le Blevec) du collectif Ultim, rejoints par Spindrift (Yann Guichard), le skipper du voilier le plus rapide autour du monde sous les couleurs de Banque Populaire V, viendront se mesurer au géant en acier de 345 mètres de long, et à ses 157 000 chevaux vapeur.


En hommage au débarquement
Cent ans jour pour jour après le débarquement des premiers soldats américains sur le continent européen, les trois coups de canon de ce grand défi résonneront sous le pont de Saint-Nazaire. En signe de fraternité, cette fois.

par la rédaction
Source : C Sibot

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?