lundi 24 octobre 2016

Vendée Globe / Agenda sur mesure pour Morgan Lagravière : "Je dois conserver mon énergie"

Pour le bizuth Morgan Lagravière, l’heure est venue de composer avec les nombreuses sollicitations aux Sables d'Olonne. A moins de deux semaines du départ, un programme sur mesure devrait permettre au skipper de Safran de conserver une belle énergie et une grande sérénité.


Crédit : O Blanchet - DPPI - Vendée Globe


Période délicate
Aux Sables, Morgan Lagravière vit au rythme des sollicitations du public et des médias, des réunions avec son équipe technique, des briefings. « Nous entrons dans une période délicate ; je dois conserver mon énergie et ma sérénité. Nous ne sommes pas encore en course et néanmoins, l’essentiel de la préparation est terminé », se réjouit Morgan.

Cette période d’entre-deux est l’une des plus difficiles à gérer. « C’est la première fois que nous arrivons sur un départ de course sans avoir d’importants dossiers techniques à gérer. Cela change tout. Le bateau est prêt. Il reste quelques petites choses à faire, du détail au regard du travail déjà accompli par toute l’équipe ».


Quelques nav' programmées
Morgan Lagravière et son équipage effectueront quelques sorties en mer permettant de s’extraire quelques heures du tumulte vendéen et de finaliser la préparation : « Nous ferons deux ou trois navigations, elles sont importantes pour anticiper au mieux la sortie du chenal et l’accès à la zone de départ. Lors de ces sorties, nous optimiserons aussi le positionnement du matériel embarqué ».


Bouffée d'oxygène
Dans l’agenda du skipper se sont glissés quelques brefs moments de plaisir. « J’ai apporté mes jouets ! Kite, paddle et surf. Je connais les bons spots pas loin des Sables d’Olonne et ces petites sessions me permettront de prendre l’air, de poursuivre ma préparation physique et de voir les copains avec qui j’ai vécu pendant mes années en Figaro ».

Enfin, le skipper de Safran s’est ménagé quelques moments de détente en famille, indispensables avant de partir en solitaire.

par la rédaction
Source : Mille et une Vagues

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?