dimanche 13 novembre 2016

Vendée Globe / Les leaders ralentissent, Hugo Boss en chef de file, le Pot au Noir se profile

Alex Thomson sur Hugo Boss, désormais ralenti, mène toujours ce soir la flotte du 8e Vendée Globe. Depuis le départ des Sables d'Olonne, dimanche dernier, la bagarre fait rage en tête de course et devrait continuer de plus belle avec ce Pot au Noir qui pourrait redistribuer les cartes. En mer, le rythme endiablé de cette régate planétaire commence sérieusement à tirer sur les bonshommes et leurs bateaux. Et dire qu'il reste encore plus de 22 000 milles à parcourir ! 


Credit : C.Barnham


Ralentissement droit devant
Les vitesses au compteur commencent à descendre. Alex Thomson, Vincent Riou et Armel Le Cléac'h ralentissent doucement. Le pot au noir n'est plus très loin. Demain matin, lundi 14 novembre, ils y seront englués, subissant ses grains, ses caprices, s'arrachant pour avancer dans des zones de vent 0, manœuvrant pour limiter la casse dans les surventes.

Un casse tête bien connu des marins qui devrait durer une bonne journée. La tension monte pour les 7 premiers qui savent que tout peut arriver dans ce marasme équatorial. Ce sera aussi peut-être l'occasion pour Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine), Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) et Jean-Pierre Dick (St-Michel-Virbac) de se refaire la cerise.


Skippers et bateaux souffrent
Aux vacations, les langues se délient. Dans cet alizé puissant depuis le contournement de Madère et le rythme imposé par les 7 compétiteurs de tête de flotte, tous les marins cravachent. Certaines pièces trinquent, les voiles fatiguent.

Voilà donc Tanguy de Lamotte sur Initiatives Cœur sérieusement handicapé par la casse de sa tête de mât et contraint de stopper dans une baie de l'archipel du Cap-Vert, distant de 100 milles de son étrave. Le skipper pourrait mouiller ou s'amarrer à un coffre devant Mindelo sur l'île de Sao Vincente, ou dans la baie de Tarafal (Santo Antao) bien protégée de la mer et du vent.


Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine) :
« Je suis satisfait de mon début de course. Je me sens serein sur mon bateau et tant mieux, car je vais passer un peu de temps à bord ! Je suis à la lutte avec Yann Eliès et surtout Jean Le Cam. C'est bon signe d'être au contact avec de tels marins. Cette confrontation me tire vers le haut, cela permet de se comparer. A chaque classement je les regarde et j'essaye de ne rien lâcher. »

Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) :
« J'ai pris du retard parce que mon point d'amure de gennaker a cassé en pleine nuit. J'ai entendu un gros BANG et j'ai vu ma voile complètement partir en l'air. J'ai passé un bout de temps à récupérer les morceaux. Avec ce type de voile de portant dont le point d'amure est sur le bout dehors, ce n'est pas évident de réparer en toute sécurité. 

J'ai installé un système de remplacement sur le pont, mais il va falloir se creuser la cervelle pour avoir quelque chose de plus fiable pour le reste de la course et récupérer le potentiel de la voile en ayant à nouveau son point d'amure sur le bout dehors. Maintenant, à moi de remettre du charbon. Les autres devant ont l'air d'avoir de bonnes conditions parce qu'ils vont vite !

Il faut que je cravache pour rejoindre Jean (Le Cam) qui a beaucoup d'expérience et Thomas (Ruyant), un petit jeune "qui n'en veut" comme on dit. La course va être encore longue, il reste du mille et il n'y aura pas de cadeau ! »


À 18H00 
1 Alex THOMSON HUGO BOSS
2 Vincent RIOU PRB à 40.72 nm
3 Armel LE CLÉAC’H BANQUE POPULAIRE VIII à 43.25 nm
4 Sébastien JOSSE EDMOND DE ROTHSCHILD à  45 nm
5 Jérémie BEYOU MAITRE COQ à  71.63 nm

Par la rédaction
Source : Mer et Media

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?