vendredi 18 novembre 2016

Vendée Globe / Plus de 100 milles d'avance pour Alex Thomson, le leader enfonce le clou sur Hugo Boss

En tête, les fusées sont lancées et les compteurs s'affolent ! Les leaders du huitième Vendée Globe alignent des moyennes à plus de 20 nœuds et incurvent leur route vers l'Est avec en ligne de mire le cap de Bonne Espérance, porte d'entrée de l'océan Indien. Ce soir, Alex Thomson a fait le break, reléguant ses premiers poursuivants à plus de 100 milles ! A noter que depuis le départ, il a parcouru près de 200 milles de plus que son dauphin Armel Le Cléac'h.


Alex Thomson impressionne sur ce Vendée Globe !
Credit : C.Barhnam/Hugo Boss/VG



Les écarts deviennent importants !
Aux commandes du Vendée Globe depuis six jours, Alex Thomson confirme son leadership. Au pointage de 15h ce vendredi, le skipper d'Hugo Boss reléguait ses deux premiers poursuivants, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) et Sébastien Josse (Edmond de Rothschild), à plus de 100 milles.

Les écarts deviennent sensibles : Vincent Riou (PRB) était à 155 milles, Morgan Lagravière (Safran) à 215 milles, Paul Meilhat (SMA) à 228 milles et Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 313 milles.


Plus de route, mais plus vite
La situation est idyllique pour le Britannique. Elle l'est également pour ses proches poursuivants. Le premier groupe (d'Alex Thomson à Jérémie Beyou, 7e ce soir) commence à incurver sa route vers l'Est pour rester en avant d'une dépression qui sort de la baie de Rio.

Alex Thomson est descendu vers le Sud pour aller chercher du vent plus fort. Le Britannique rallonge ainsi sa route, mais il va plus vite. Il est d'ailleurs un adepte de cette stratégie : depuis le départ des Sables d'Olonne, il a parcouru près de 200 milles de plus sur l'eau que son dauphin Armel Le Cléac'h (4646 milles contre 4457 milles).


Records en passe d'être battus ?
Les bateaux de tête devraient rester en avant de la dépression et ainsi, dans les prochains jours, filer à grande allure dans un angle de vent idéal pour les IMOCA à foils. Le record des 24 heures détenu depuis la dernière édition par François Gabart (534,48 milles) pourrait bien tomber. Et d'après les routages, les premiers pourraient franchir le cap de Bonne Espérance dans une semaine, après 19 jours de course. Pour le moment, le temps de référence est détenu par Armel Le Cléac'h depuis quatre ans, en 22 jours, 23 heures et 46 minutes…


Accrocher le bon wagon
Dans ces conditions propices aux foilers, donc, il sera intéressant d'observer comment résistent Vincent Riou et Paul Meilhat qui naviguent à bord de bateaux à dérives droites très optimisés. Un peu plus en retrait, Jérémie Beyou (Maître CoQ), handicapé récemment par de graves problèmes de pilotes, et Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) espèrent pouvoir s'accrocher au groupe de tête. Car si les conditions sont parfaites pour les premiers, elles vont se complexifier dans le week-end avec des alizés plus perturbés et irréguliers. La question est de savoir qui va accrocher le bon wagon…


La parole aux marins
Morgan Lagravière (Safran) : "Certains sont assez rapides, même trop rapides"
« Je suis conservateur dans l'utilisation du bateau. Certains sont assez rapides, même trop rapides par rapport à ce qu'ils peuvent encaisser structurellement. Moi je suis à l'écoute pour éviter la bêtise. Je pourrais aller un peu plus vite mais ce n'est pas le moment. La route est longue. Il faut savoir s'économiser, ne pas fragiliser le bateau. Je suis plutôt dans cette démarche qu'avec la poignée en coin. Je ne m'attendais pas à ce rythme de course. Je pensais qu'il y allait y avoir plus de temps morts. »


Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) : "Je ne commence pas à cocher les jours"
« Avant le Vendée Globe, j'avais fait 21 jours en mer en solitaire au maximum. J'ai encore un peu de marge mais je vais bientôt y arriver. Pendant des transats, il m'est arrivé de trouver le temps long au bout de cinq jours. Mais là, quand on part pour 3 mois on ne se projette pas de la même manière. Je ne commence pas à cocher les jours sinon ça risque d'être long et fastidieux. Je prends les échéances les unes après les autres. La route est très longue. Ce qui nous attend est immense... ».

Dernière minute - Bertrand de Broc se déroute, à lire ici


À 18H00 
1 Alex THOMSON HUGO BOSS
2 Armel LE CLÉAC’H BANQUE POPULAIRE VIII à  107.35 nm
3 Sébastien JOSSE EDMOND DE ROTHSCHILD à  116.46 nm
4 Vincent RIOU PRB à 165.24 nm
5 Morgan LAGRAVIÈRE SAFRAN à 213.79 nm

Par la rédaction
Source : Mer et Media

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?