jeudi 15 décembre 2016

Vendée Globe / Près de 350 milles d'avance pour Armel Le Cléac'h, Jean-Pierre Dick à l'attaque

En tête, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) et Alex Thomson (Hugo Boss), distants de 349 milles, commencent à sortir de la bulle sans vent qui les empêchait d’avancer depuis 24 heures. Les deux leaders se sont donc offerts un peu de répit dans ce Vendée Globe de brutes, à plus de 17 nœuds de moyenne ! Derrière, la course a repris pour le trio Eliès, Le Cam et Dick. Le skipper de StMichel Virbac, qui s'est considérablement rallongé en passant par le détroit de Bass, est à l'attaque.


Credit : Y.Zedda/BPCE


Le Horn à Noël pour les deux leaders
Armel Le Cléac’h fut le premier à accélérer dans l’après-midi. De 10 nœuds de vitesse ce matin, il pointe désormais à plus de 19 nœuds, 334 milles devant Alex Thomson. Les deux pilotes ont profité de l’accalmie pour récupérer. Une courte pause puisque le leader est déjà dans le flux de Nord-Ouest pour 18 nœuds, tandis que  le Britannique peine encore dans des vents erratiques. L’hémorragie de milles devrait donc continuer.

Pour les deux marins qui devraient atteindre le cap Horn le jour de Noël, l’heure est désormais à la stratégie, au placement, aux petits coups bien placés sur l’échiquier du Pacifique. Aussi fatiguant pour les nerfs que des surfs à 20 nœuds dans une mer démontée !


La course a repris pour Yann Eliès, Jean Le Cam et Jean-Pierre Dick 
Le trio va avoir encore 24 à 36 heures difficiles à naviguer sur une grosse mer casse-bateau. Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) dispose d’un meilleur angle pour pouvoir continuer à attaquer : « Je descends avec un meilleur angle que Yann et Jean vers le sud de la Nouvelle-Zélande. Je pense que je serai à égalité avec Queguiner et un peu devant Finistère Mer Vent. Mais, le grand bénéficiaire de l’opération sera le Roi Jean ! ». A 18 h, c'est chose faite. Le skipper du foiler a repris la 6e place, 6 petits milles devant Jean Le Cam.


Du gros temps à l'arrière
Pour la troupe des 7 bateaux au beau milieu de l’océan Indien (de Conrad Colman 12e à Eric Bellion 18e), la vie en mer ressemble à un combat. Une grosse dépression générant des vents de nord jusqu’à 50 nœuds les contraints à naviguer sous voilure réduite (trois ris et J3, tourmentin même pour certains d’entre eux). Pour parer le pire de ce phénomène météo dangereux, Conrad Colman (Foresight Natural Energy) et Arnaud Boissières (La Mie Câline) ont choisi une trajectoire assez nord.


A 18 h
1 Armel LE CLÉAC’H BANQUE POPULAIRE VIII
2 Alex THOMSON HUGO BOSS à  349.87 nm
3 Paul MEILHAT SMA à 1185.22 nm
4 Jérémie BEYOU MAITRE COQ à 1202.02 nm
5 Yann ELIES QUÉGUINER - LEUCÉMIE ESPOIR à 2211.27 nm

Par la rédaction
Source : Mer et Media