lundi 16 janvier 2017

Vendée Globe / Alex Thomson à fond sur l'accélérateur, Armel Le Cléac'h toujours sous pression

536,81 milles en 24 heures, Alex Thomson pousse Hugo Boss dans ses derniers retranchements. Il prouve là qu'il est diablement motivé pour raccrocher dangereusement au tableau arrière d'Armel Le Cléac'h ! A 18 h, 74 milles séparent les deux premiers, attendus aux Sables d'Olonne jeudi 19 janvier entre 8h et 14h. Mais dès demain, les vitesses vont ralentir à l'approche d'un anticyclone avant un virement de bord crucial très au large de Ouessant puis des derniers milles incertains le long de la côte bretonne. 


Credit : V.Curutchet/BPCE

Alex Thomson ne lâche rien, "tout reste à faire"
Sur Hugo Boss privé de foil tribord, Alex Thomson donne tout en ce moment dans ce vent de sud-est pour 20 nœuds, car la seule chose sûre quant au scénario de fin, c'est que cela se passera bâbord amure. Il va donc falloir ruser et profiter de la moindre opportunité.

A fond sur l'accélérateur, il met un peu plus de pression sur Armel Le Cléac'h. C'est seulement à ce prix qu'il peut encore espérer coiffer au poteau Banque Populaire.

« Voilà un nouveau record des 24h, raconte Alex Thomson. Je suis très heureux. Mais en réalité, il s'agit surtout d'essayer de m'approcher autant que possible d'Armel. Je trouve ça difficile en ce moment, car je ne réduis pas l'écart autant que j'aurais voulu le faire. Il fallait que je sois plus près en sortant de la zone de vents faibles. Je continue de me battre avec le système de barre. Il y a du jeu dans le système, ce qui fait que lorsque j'atteins des vitesses élevées, le bateau devient un peu difficile à contrôler. 

Je me bats aussi avec mon AIS. Je reçois la position des bateaux, mais seulement ceux qui sont très près, à un ou deux milles seulement. Je ne suis pas sûr si j’émets un signal. J’ai parlé avec un navire par la radio et ils ne me voyaient pas alors qu'ils n’étaient qu’à trois milles. Je vais essayer de régler ce problème cet après-midi. 

A trois jours de l’arrivée, tout reste à faire. On verra ce qui se passe. Mais une chose est certaine, je me battrai jusqu’au bout.” »   


Leader depuis 44 jours
Souvenez-vous : il y a quatre ans, Armel Le Cléac'h était à la poursuite de François Gabart. Il était revenu 88 milles dans son sillage dans le golfe de Gascogne trois jours avant l'arrivée. Aujourd'hui, le rôle du skipper de Banque Populaire VIII a changé, c'est lui qui tient les rênes de la course depuis 44 jours !


Armel Le Cléac'h doit tenir
Peur de casser, de rater une manoeuvre, manque de lucidité, Armel Le Cléac'h doit tenir bon. On le sait solide, il doit le prouver cette fois encore, avant de profiter de ce qui se profile comme sa plus belle victoire.

Sur chacun des deux bateaux de tête, l'heure est plus que jamais à la concentration.


Le Horn pour Amedeo et Boissières
Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) a doublé le cap Horn la nuit dernière à 2h40 du matin, suivi 4 heures après par Arnaud Boissières (La Mie Câline). Un moment fort pour ces deux marins. On notera que les deux skippers ont mis plus de temps (deux jours de plus) qu'Alessandro di Benedetto (ndlr : dernier du Vendée Globe) en 2013.

Alan Roura (La Fabrique) et Rich Wilson (Great American IV) vont à leur tour doubler le rocher mythique : ce soir pour le benjamin de la course, tôt demain matin pour le doyen.


A 18 h :
1 Armel LE CLÉAC’H BANQUE POPULAIRE VIII à 763 milles de l'arrivée
2 Alex THOMSON HUGO BOSS à 74.6 nm
3 Jérémie BEYOU MAITRE COQ à 841.38 nm
4 Jean-Pierre DICK StMICHEL-VIRBAC à 1550.84 nm
5 Yann ELIES QUÉGUINER - LEUCÉMIE ESPOIR à 1751.24 nm
6 Jean LE CAM FINISTÈRE MER VENT à 1757.07 nm

Par la rédaction
Source : Mer et Media