jeudi 8 juin 2017

La Solitaire / Jérémie Beyou, 19ème à Gijon, après la première étape : "J’ai tout fait à l’envers !"

C’est forcément déçu que Jérémie Beyou a posé pied à terre à Gijon après avoir terminé à la 19ème place de la première étape de La Solitaire. Freiné par une avarie de voile d’avant après un passage de front dès la deuxième nuit, le skipper de Charal n’a pu défendre ses chances à fond. Départ de la deuxième étape vers Concarneau samedi.


Jérémie Beyou, 19ème à Gijon, après la première étape
Crédit : A Courcoux

Pouvez-vous revenir sur cette étape ?
Jérémie Beyou : « D’abord, j’ai pris un mauvais départ, ce qui m’a pénalisé, parce que c’est toujours difficile ensuite de remonter la flotte dans la Gironde, les autres ne te laissent pas forcément passer. Après, j’ai eu une occasion de revenir avant la bouée BXA, mais j’ai tout fait à l’envers ! 

Mais j’ai réussi ensuite à naviguer correctement jusqu’au front, lorsque l’étai creux du foc (pièce qui permet de hisser et affaler plus facilement cette voile d’avant, ndlr) s’est ouvert en deux juste au moment de la bascule de vent au plus fort du front… »


Quelle a été la conséquence de cette avarie ?
JB : « Quand j’ai essayé d’affaler le foc dans 45 nœuds, il s’est envolé et est tombé dans l’eau, sous la quille. J’ai fait une marche arrière puis un empannage pour essayer de le récupérer, c’était assez scabreux. J’ai réussi finalement à le ramener, je me demande encore comment je l’ai récupéré. J’ai alors essayé de le renvoyer, mais rebelote, il est de nouveau tombé. 

Impossible alors vu les conditions de retenter quoi que ce soit, j’ai du coup été contraint de naviguer toute la nuit sous grand-voile seule à 6 nœuds, ce qui m’a coûté pas mal de places au classement. 

C’est vraiment dommage, je n’étais certes pas devant, mais je n’étais pas loin quand cela m’est arrivé, il y avait encore moyen de terminer dans les dix premiers. Ce n’est pas une erreur, mais les conséquences sont les mêmes. »


Comment voyez-vous la suite de cette Solitaire URGO Le Figaro ?
JB : « C’est forcément compliqué au classement général, d’abord en raison de l’écart qui me sépare du premier Nicolas Lunven (1h44’08), ensuite parce qu’il y a pas mal de skippers devant moi. Mais je ne vais pas lâcher, ce n’est pas le genre de la maison. 

Mes objectifs immédiats sont d’abord de réparer le bateau, ensuite d’oublier cette étape, enfin de me concentrer sur les trois étapes qui restent en retenant quand même les choses qui se sont bien passées entre Bordeaux et Gijon, notamment ma vitesse au portant dans les petits airs. »


Ce résultat change-t-il vos objectifs ?
JB : « Non, je ne vais pas changer ma façon de naviguer. Le but est de faire une belle étape dès la prochaine qui arrive, de mettre tout en œuvre pour obtenir un résultat à la hauteur de mes ambitions, et pourquoi pas une victoire. Si c’est le cas, peut-être que cela me permettra de revenir dans les dix à Concarneau et de viser plus haut. 

Cela m’est déjà arrivé de mal débuter une Solitaire, je me rappelle d’une étape ratée à Porto, j’avais quand même réussi à terminer quatrième au classement général en me fixant à chaque étape l’objectif de gagner des places au général. Ça ne va pas être facile, mais je vais m’y atteler. »


Retrouvez les classements ici

Par la rédaction
Source : Windreport