jeudi 7 septembre 2017

Mini / Invaincu depuis deux ans, focus sur Ian Lipinski au départ de la Mini Transat avec Griffon

Dans moins d'un mois, Ian Lipinski prendra le départ de sa troisième Mini-Transat. Marin francilien, breton d’adoption, vainqueur de la dernière Mini en voilier de série, le skipper a décidé l’année dernière de s’engager sur le circuit de la classe Mini 6.50 en prototype. A bord du très optimisé et révolutionnaire « Griffon.fr », il a remporté toutes les courses de la saison et reste sur 15 victoires d’affilée en deux ans. 


Credit : Ch.Breschi

Au départ avec un Pogo 2
Les débuts ? Ian Lipinski achète un Pogo 2, et c’est parti ! Il enchaîne deux belles années de Mini jusqu’à la Mini Transat 2013 à laquelle il prend le départ. « Les conditions sont dantesques sur cette édition. Nous partons avec un mois de retard d’Espagne plutôt que Douarnenez. Ma course s’arrête au bout de 20 heures. A la fin de la première nuit, mon bateau chavire. Je me retrouve à l’envers avec mon Mini rempli d’eau. Je suis récupéré par un cargo. 

En 2014, je suis contacté par le constructeur d’un nouveau Mini l’OFCET 6.50 et je deviens un peu le pilote d’essai de la première unité. Je participe à l’ensemble de la fabrication de ce bateau. Je réussis à me qualifier et je prends le départ des Sables – Les Açores. La deuxième étape se passe super bien car je suis 3ème dans la catégorie des prototypes avec un bateau de série mais pas encore homologué dans cette classe car il y en avait pas dix de construit ».


Victoire sur la Mini Transat
2015, le marin gagne la Transgascogne puis la Mini Transat, ce qui conclut en beauté ce projet. « Lors de la Mini Transat 2015, j’ai sept heures d’avance sur le deuxième sur la première étape. La seconde étape est plus difficile. Je suis en tête mais Julien Pulvé qui avait 12 heures de retard sur moi me double. Malgré un gros suspense à la fin puisque je perds le contact avec Julien et me fait arrêter dans une bulle sans vent, je gagne mais j’ai vécu trois jours de grosses tensions avec des classements BLU qui ne me rassuraient pas ». 

Comme souvent sur cette légendaire Mini Transat sans communication avec l’extérieur, Ian Lipinski ne sait pas s’il a gagné en coupant la ligne d’arrivée. Les bravos le rassurent. « Je n’avais même plus l’énergie de lever les bras tellement j’avais été au bout ! »

La suite, à bord du Magnum, prototype dessiné par David Raison, s’est déroulée comme dans un conte de fée puisqu’Ian a gagné, en 2016 et 2017, toutes les épreuves auxquelles il a participé !

Par la rédaction
Source : Ch.Breschi