vendredi 15 décembre 2017

Volvo Ocean Race / Dongfeng mène la flotte vers Melbourne, casse pour AkzoNobel

Cinq jours après le départ de la troisième étape de la Volvo Ocean Race, le Grand Sud a opéré un premier tri dans la flotte des sept VO65. Dongfeng Race Team et MAPFRE se sont montrés les plus solides dans l'Indien. Les deux équipages, qui approchent de la longitude des Kerguelen, ont creusé un écart conséquent sur le reste de la flotte. 


Crédit : J Blake


Un Indien plus que tonique ! 
Fidèle à sa réputation, l'océan Indien a offert, à la flotte de la Volvo Ocean Race, une première grosse dépression, faite de vents violents et de déferlantes. Ces conditions ont, après cinq jours de mer, considérablement « écrémé » la flotte et provoqué les premières avaries. La plus sérieuse a touché AkzoNobel dont le rail de grand-voile n’a pas résisté à un empannage dans 35-40 nœuds, contraignant l’équipage de Simeon Tienpont à lever le pied pour affaler la grand-voile, elle-même abîmée, avant de remonter plus au nord pour trouver des conditions plus propices et tenter une réparation, d’où sa dernière position actuelle.


Ambiance « fast and furious » à bord garantie ! 
Pour les autres, la question de la semaine aura été : quelle stratégie suivre pour faire face à un violent phénomène météo appelé à générer des vents allant jusqu’à 60 nœuds ? Les équipages les plus expérimentés ont foncé tête baissée dans le front, descendant plein sud pour flirter avec la limite de la zone d’exclusion des glaces, quitte à se coltiner grosse mer et vents dépassant les 50 nœuds.

Charles Caudrelier, skipper de Dongfeng Race Team, évoquait ainsi jeudi des pointes à 33 nœuds et un « état de la mer terrible ». Des conditions dantesques, mais des choix de route délibérés qui, pour l’instant, portent leurs fruits. Depuis le début de la semaine, c’est en effet le bateau battant pavillon chinois qui est le patron, imposant un rythme d’enfer en tête de la flotte, que seul les Espagnols de MAPFRE réussissent à suivre, deuxièmes ce vendredi à une quinzaine de milles du leader.

Derrière, Vestas 11th Hour Racing suit à une centaine de milles, tandis que Team Brunel et Sun Hung Kai/Scallywag qui avaient choisi une option médiane au moment d’affronter la première dépression du Grand Sud, sont déjà à plus ou moins 200 milles.


La suite du programme ? 
Encore et toujours du vent et des successions d’empannages le long de la zone d’exclusion des glaces, avec, pour les skippers et leurs navigateurs, les yeux rivés sur les compteurs et sur la vitesse de leurs rivaux. « Les conditions vont rester relativement fortes, l’idée est de garder de la vitesse tout le temps et de ne pas faire d’erreurs avec la zone d’exclusion des glaces. Ça tient à de la micro-stratégie, il faut juste choisir le bon moment des empannages », poursuit Marcel Van Triest qui estime, que par rapport à Dongfeng, « MAPFRE n’a pas vraiment d’option : ils sont si proches qu’ils sont dans le même système météo, donc la seule chose à faire est de conserver la moyenne la plus élevée possible, ça veut dire que ce n’est pas possible de se relâcher, il faut sans cesse garder le pied sur la pédale d’accélérateur ».

Leg 3 – 15 Decembre à 13:00 UTC
1. Donfeng Race Team à 3,869.6 milles de l'arrivée
2. MAPFRE +20.3 milles du leader
3. Vestas 11th Hour Racing +89.2
4. Team Brunel +157.7
5. Sun Hung Kai / Scallywag +176.4
6. Turn the Tide on Plastic +186.5
7. team AkzoNobel +260.3

Source : Volvo Ocean Race