mardi 19 mai 2015

Sponsoring / Une page se tourne, Cheminées Poujoulat ne prendra pas part au Vendée Globe 2016

Quelques semaines après sa magnifique victoire avec Jean Le Cam sur la Barcelona World Race, Bernard Stamm est de retour à Brest après avoir ramené le monocoque 60 pieds avec lequel il vient de boucler son tour du monde. L’occasion de faire le point sur le duo qu’il forme depuis douze ans avec Cheminées Poujoulat.



Credit : J.Vapillon/Sea&Co

Pour boucler sa boucle océanique, le skipper de Cheminées Poujoulat a ramené l’Imoca, loué pour le tour du monde, à Brest. Ce retour dans les eaux finistériennes est également une page qui se tourne dans l’histoire qui lie Bernard Stamm à son partenaire depuis douze années en Imoca.


Communication réorientée
Ainsi, si le Groupe leader Européen des conduits de cheminées reste plus que jamais fidèle à son marin en poursuivant la collaboration en Diam 24, il a pris la décision de ne pas prendre part au prochain Vendée Globe. Un choix dicté par une volonté de réorienter la communication sur les produits, et en gagnant en proximité avec les clients.

« En douze années de partenariat avec Bernard, nous avons atteint nos objectifs et fait évoluer la notoriété de la marque de façon conséquente et surtout remporté deux magnifiques tours du monde grâce à lui, explique Benoît Bodineau, Directeur Communication de Cheminées Poujoulat. Nous avons toujours voulu accompagner Bernard sur des projets gagnants autour du globe et aujourd’hui nous ne sommes pas en mesure de le faire dans le cadre du prochain Vendée Globe. ».


Tour Voile pour 2015
Le navigateur suisse comprend parfaitement cette décision : « On sort d’un beau projet que nous avons eu la chance de mener longtemps et j’ai encore envie de partir autour du monde. Mais à ce stade, c’est trop court pour s’acharner ! ».

Toujours sous les couleurs de Cheminées Poujoulat, il va poursuivre sur un exercice bien différent du large : le Tour de France à la Voile. « C’est une chance de pouvoir continuer avec mon partenaire sur cette épreuve. Pour la suite, je ne sais pas encore ce que sera l’avenir, mais il y a plein de choses à faire. Le tour de France et le circuit Diam 24 ne remplissent pas une année. Il faut que je trouve un travail complémentaire. Il y a sûrement des gens qui ont besoin de mon expérience ! ».

Par la rédaction
Source : Rivacom

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?