Arrivée de l'Arkéa Ultim Challenge, Charles Caudrelier pour une route plus « safe », Armel Le Cléac'h dans une zone sans vent

 

Les positions et les forces en présence n’ont pas énormément évolué depuis hier sur l'Arkéa Ultim Challenge. Charles Caudrelier continue de progresser dans l’Atlantique Nord. Il pointe à 300 milles au Sud de l’archipel des Açores, lui qui avançait à une vingtaine de nœuds ces dernières 24 heures. Face à la dépression à proximité de la zone d’arrivée, Charles pourrait temporiser. «Il est possible qu’il va partager avec nous sa décision d'ici demain matin », précise Guillaume Rottee de la direction de course. Le skipper du Maxi Edmond de Rothschild s’est montré très prudent ces derniers jours, ce qui accrédite l’idée d’une route plus « safe ».


Crédit : Y Riou - Gitana SA

Charles Caudrelier ne ralentit pas sur l'Arkéa Ultim Challenge, Thomas Coville : "Son avance est suffisante ? On ne sait pas"

 

Ce lundi, quatre des cinq skippers de l’ARKEA ULTIM CHALLENGE – Brest ont pu être joints lors d’une conférence de presse. Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) a révélé une avarie qui l’accompagne depuis les premiers jours et les précautions qui entourent son arrivée ; Thomas Coville apprécie être celui qui fait le plus de route en ce moment ; Anthony Marchand aime naviguer ; Éric Péron aborde la suite du parcours par le prisme de la compétition, et cela le réjouit. 


Crédit : V Curutchet

Charles Caudrelier, impérial sur l'Arkéa Ultim Challenge, pourrait « attendre que la dépression » passe et retarder son arrivée à Brest

 

Charles Caudrelier est attendu vendredi prochain sur la ligne d’arrivée à Brest de l'Arkéa Ultim Challenge. Mais le skipper du Maxi Edmond de Rothschild veut rester prudent : « j’ai qu’une peur, c’est que ça s’arrête, confiait-il. Il s’inquiète de « la fatigue et de l’usure des matériaux ». « Mon bateau n’est pas parfait, j’ai eu des soucis que je vous montrerai bientôt, précise-t-il. Je vole mais moins bien, les appendices sont abîmés, l’aérodynamisme n’est pas parfait… ».


Crédit : Y Riou - Gitana SA

Armel Le Cléac'h retrouve la course, c'est reparti pour Banque populaire XI, les trois safrans en place, "une incroyable prouesse"

 

Après un peu plus de 48 heures d’escale technique à Rio de Janeiro, le Maxi Banque Populaire XI a repris la compétition ce dimanche à 17h38 TU, 18h38 heure française. Grâce à une incroyable chaîne de solidarité, en France comme au Brésil, l’équipe technique a pu remplacer les deux safrans endommagés dans l’Atlantique Sud. Désormais, Armel Le Cléac’h, reparti à la 3e place, aspire à « aller au bout ».


Crédit : M Le Roux

Le Figaro 3 de Quentin Vlamynck aux couleurs de l'Association les Etoiles Filantes a été baptisé ce jeudi 15 février

Skippé par le Médocain Quentin Vlamynck, récent vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2023, son Figaro 3 a pour ambition de renforcer la visibilité de l’Association les Etoiles Filantes qui accompagne des enfants atteints d’un cancer pédiatrique rare et incurable.

Crédit : V olivaud

Escale à Rio, "deux safrans sont partis de Bretagne", Armel Le Cléac'h et le Team Banque Populaire passent en mode réparations

 

Armel Le Cléac’h (2e de l'Arkéa Ultim Challenge) est à quai à Rio de Janeiro depuis hier après-midi (heure française). « Nous n’avons pas d’autres options que de mettre la course entre parenthèses », expliquait le skipper du maxi Banque Populaire hier. Il parle de « coup sur la tête ». « C’est dur parce qu’on avait passé le plus dur ». Comme le stipule la procédure, la direction de course a « déclenché les 24 heures » (d’arrêt minimum) à 14 h 17 min TU hier, soit 15 h 17 en France. Mais l’hypothèse d’une escale de 24 heures semble quasi inenvisageable à ce stade.



Crédit : M Le Roux

Sodebo Ultim 3 retrouve le vent le long de l'Amérique du Sud, Thomas Coville : "Il va se passer encore beaucoup de choses"

Tandis qu'Armel Le Cléac'h est à l'arrêt à Rio, Thomas Coville retrouve du vent. "On savait que l'Atlantique Sud ne serait pas simple. C'est un endroit capricieux. On a bien checké le bateau. Il va se passer encore beaucoup de choses." Le skipper revit à bord de son Sodebo Ultim 3, dans la pétole encore hier. Vidéo

 

Crédit : Th Coville