lundi 2 mai 2016

The Transat / Charles Caudrelier, routeur du Gitana Team : "Il y a désormais plusieurs routes possibles"

La flotte de The Transat bakerly s'élance ce lundi, à 14h30 locale (15h30, heure française) afin de rallier Plymouth aux buildings de Manhattan. Si la situation météorologique semblait assez claire ces jours-ci, les dernières prévisions compliquent la donne. Les choix stratégiques auront alors toute leur importance. Sébastien Josse, skipper de l'IMOCA Edmond de Rothschild, peut compter sur Charles Caudrelier, marin et régatier d'expérience. Membre de la cellule performance de Gitana Team, il analyse la situation.


Crédit : Y Riou

Charles Caudrelier : "Plusieurs routes possibles"
« Depuis quelques jours, les modèles météo en Atlantique Nord semblaient privilégier une route Sud mais ce matin (dimanche), la situation a changé. Il y a désormais plusieurs routes possibles, dont une plutôt brutale, au Nord. 

La zone d'exclusion très étendue, décidée par l'organisation de course pour éviter les icebergs à Terre-Neuve, influence forcément la stratégie car il va falloir passer dessous alors qu'elle descend déjà très au Sud. 


Deux dépressions majeures à négocier
Aujourd'hui, sur la traversée, il y a deux dépressions majeures à négocier. La première pour mardi et mercredi, active et ventée avec 40 nœouds annoncés, puis une seconde que l'on peut négocier par le Nord, mais avec le risque de se faire coincer au centre, justement pour aller contourner la zone d'exclusion. 

Il faut donc choisir entre aller chercher du vent fort au Nord dans des conditions vraiment difficiles ou tenter le Sud avec une route complexe à réaliser en solitaire. Il y a aussi aujourd'hui une option intermédiaire qui se dessine. Ce sera à Sébastien de trancher. »

par la rédaction
Source : Gitana Team

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?