mardi 25 octobre 2016

Ultim / Pas de fenêtre, pas de record de la Méditerranée, François Gabart et Macif sur le retour

Pas de record de la Méditerranée cette année pour Macif. François Gabart a décidé de rentrer en Bretagne, en raison des conditions météo qui ne lui permettent pas de tenter le record dans la période de stand-by définie. Le trimaran entrera en chantier dès son arrivée à Lorient. 


Credit : Alexis Courcoux / Macif

Pas de fenêtre, pas de record
Après un peu plus de trois semaines à guetter la météo, François Gabart et son routeur Jean-Yves Bernot ont dû se rendre à l’évidence : depuis le début du stand-by, les conditions propices au record de la traversée de la Méditerranée ne se sont jamais présentées. « Pendant notre période de stand-by, il y avait du vent au début mais jamais plus loin que la Sardaigne », constate Jean-Yves Bernot, tandis que le skipper du trimaran MACIF ajoute : « Les prévisions à cinq-six jours étaient souvent assez bonnes, mais plus on se rapprochait de l’échéance, plus le vent s’essoufflait à partir de la Corse. » 


"Cela fait partie du jeu"
Jusqu’au bout, le skipper de MACIF et son routeur ont espéré la bonne fenêtre. La dernière qu’ils surveillaient depuis le week-end dernier prévoyait un départ ce mercredi 26 mais elle s’est peu à peu fermée. « Nous l’aurions tentée même si les conditions avaient été approximatives, mais cela n’a même pas été le cas », confirme Jean-Yves Bernot. François Gabart ne cache pas une certaine frustration de ne pas s’être attaqué au record détenu par Armel Le Cléac’h (18 heures 58 minutes et 13 secondes) « Je suis forcément déçu, parce que je suis un compétiteur, mais cela fait partie du jeu des records. »


Fin d'une belle saison 2016
Avec le retour du trimaran à Lorient, la saison 2016 s’achève et le bilan est positif aux yeux de François Gabart : « Nous avons fait une course, The Transat bakerly, que nous avons gagnée et nous avons battu le record des 24 heures (sur l'Atlantique) qui a permis de confirmer le potentiel de vitesse du bateau. Et même si nous n’avons pas pu aller au bout des tentatives de records, nous avons acquis beaucoup d’expérience en vue de la suite du programme. »


Le bateau en chantier à Lorient
Vendredi prochain, le trimaran devrait retrouver Lorient où il entrera en chantier. Au programme ? « Cela commence toujours par la vérification de la structure et le démontage de toutes les pièces. Nous avons bien tiré sur le bateau cette année, notamment lors du convoyage vers la Méditerranée, pendant lequel nous avons rencontré des conditions assez fortes, mais a priori, il n’y a pas de dommages importants. Après, nous n’avons pas prévu de modifications structurelles majeures, mais nous avons une belle job-list, avec un tas de petites évolutions dont l’objectif est de faciliter les manœuvres et la vie à bord et qui, mises bout à bout, vont bien nous occuper », explique François Gabart.


François Gabart attendu aux Sables
De son côté, ce dernier mettra le cap sur les Sables d’Olonne pour le départ du Vendée Globe qu’il commentera en direct pour France Télévisions. Comment voit-il la course dont il est le tenant du titre ? « Plein de choses se sont passées ces quatre dernières années, avec notamment l’arrivée des foils, tous les ingrédients sont réunis pour avoir un Vendée Globe palpitant ! », conclut le skipper de MACIF.

Par la rédaction
Source : Windreport

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?