lundi 1 septembre 2014

IMOCA / ClassA, stages, météo, sommeil, François Gabart sur tous les fronts pour la Route du Rhum

Que ce soit au chantier, dans les bureaux d’études, sur l’eau ou sur un vélo, François Gabart a débuté cette année « Rhum » sur tous les fronts. Rigoureux et perfectionniste, il ne néglige aucun axe de sa préparation. Rencontre.


Francois Gabart à fond avant la Route du Rhum !
Credit : V.Cuructchet

Entraînement en Class A
Kesako ? Un catamaran de 5,5 mètres, qui réunit sur son circuit la fine fleur de la régate internationale venue de l’olympisme ou de la Coupe de l’America ! C’est à bord de ce petit engin que François Gabart a choisi de se préparer physiquement et sportivement cette l’année. « Même s’il paraît très différent de l’IMOCA, le Class A permet de travailler ses automatismes de solitaire : un bonhomme qui doit naviguer le plus vite possible. Ce support m’a permis de garder un contact quasi quotidien avec l’eau jusqu’à la mise à l’eau de MACIF, et le début de la dernière ligne droite d’une préparation focalisée sur le Rhum. »


Naviguer, encore et encore
Dès le mardi 26 août, François Gabart a repris les entrainements pour le premier stage organisé par le Pôle Finistère Course au Large. Au programme, 3 jours de navigations en solitaire à bord du 60 pieds MACIF avec des conditions météo quasi automnales et particulièrement musclées. Premier entrainement d’une série de quatre prévus jusqu’à la mi-octobre, les stages sont l’occasion pour le skipper de reprendre en main sa machine après les longs mois de chantier et de naviguer en condition « course » avec d’autres concurrents pour se jauger.


La météo à l'honneur
« La météo m’a toujours passionné, elle m’intéresse parce que cela n’est jamais statique, cela évolue en permanence. C’est une science inexacte qui nous oblige à composer avec de la probabilité et à jouer avec des incertitudes. Il y a aussi une part de stratégie qui entre en jeu dans l’interprétation d’une situation, et forcément une part de réussite. Je travaille régulièrement avec Jean-Yves Bernot, dont je lisais les livres avant même de savoir que j’allais être marin. Mais j’aime bien aussi m’y plonger seul dans mon coin. » précise François Gabart.


Ne pas s'endormir sur ses lauriers
« Le sommeil ne m’a jamais posé de problème. Ca se travaille sur l’eau. La première chose est de bien connaître ses limites. Voir s’il y a des moments favorables à un repos plus efficace, s’il est possible de s’endormir plus vite, ou comment être lucide et rapide dès le réveil… Je suis persuadé qu’il est possible de dormir encore moins. »



Agenda prévisionnel
Septembre
Du 9-11: Stage IMOCA avec le Pôle Finistère Course au Large
Du 17 – 24 : François Gabart, parrain du salon du Grand Pavois de La Rochelle – Présence du 60 pieds
MACIF du 14 au 20 septembre
Du 26-28 : Trophée / Défi Azimut à Lorient
Octobre
Du 7-9 : Stage IMOCA avec le Pôle Finistère Course au Large
dès le 24 : présence obligatoire à St-Malo
Novembre
Le 2 : départ de la Route du Rhum

Par la rédaction
Sources : Macif - ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?