dimanche 10 avril 2016

Transat AG2R / Navigation à vue pour le groupe de tête, Gedimat revient fort sur Agir Recouvrement

Les leaders de la Transat AG2R LA MONDIALE glissent sous spi dans les tièdes alizés, une vingtaine de milles au large du grand désert du Sahara. Cap au sud le long de l’Afrique. Une plongée à 90 degrés de la route de Saint-Barth pour aller chercher les alizés profonds. En tête, c’est régate entre les premiers équipages. Agir Recouvrement et Gedimat naviguent à vue. De même que Bellocq-Paysage Saveurs de Cornouaille et Cercle vert.


Thierry Chabagny et Erwan Tabarly reviennent sur Agir.
Image embarquée (Gedimat)

Longer l'Afrique
Le vent s’est légèrement essoufflé en fin de nuit, permettant aux navigateurs de libérer un peu la tension accumulée ces trois derniers jours. Bientôt, la durée des quarts pourra être allongée. Une occasion de retrouver des forces.

Sous spi dans un vent de nord-est d’une vingtaine de nœuds, les sept duos de tête (d’Agir Recouvrement à Fulgur Evapco) sont désormais embarqués dans une route sud et longent l’Afrique au milieu des bateaux de pêche. Un chemin détourné de la route directe vers les Antilles pour éviter les vents mous qui sévissent plus au nord. Cette voie méridionale va perdurer encore 24 à 36 heures, avant que les premiers ne décident de pointer leurs étraves en direction de Saint-Barth.


Les Anglais se démarquent
Derrière les 7 Africains, Sam Matson et Robin Elsey (Artemis) d’un côté et Arthur Pratt/Nicolas Thomas (Les Saintes) de l’autre, sont en train de laisser les Canaries dans leur sillage. Les Anglais d’Artemis ont choisi de protéger « la droite » de cet immense terrain de jeu et restent décalés dans l’ouest, à l’intérieur du virage. Une stratégie originale qui sera peut-être adoptée par d’autres.


Gros écarts
Les écarts sont maintenant très importants avec le dernier tiers de la flotte. Et ils risquent de se creuser encore ces 48 prochaines heures. L’anticyclone des Açores étend ses tentacules sur les Canaries. Une dorsale va freiner la progression des retardataires de cette Transat A2GR LA MONDIALE qui étaient déjà bien ralentis ce matin.


Vacations du matin
Thierry Chabagny, skipper de GEDIMAT : "On le voit grossir"
« Le vent s’est un peu calmé il y a quelques heures. Ça glisse tranquillement vers le sud. On revient sur Agir depuis hier après-midi. On le voit grossir, c’est hyper motivant d’avoir une ligne de mire. Il y a 2,5 milles à 2,7 milles.

Nous avons activé le tracking. On sait donc en permanence où il est. L’idée c’est de le rejoindre puis de le doubler. Ils ne lâchent rien mais c’est génial d’avoir un bateau pas loin. »


Adrien Hardy, skipper de AGIR Recouvrement : "Nous ne sommes pas affolés"
« Nous arrivons le long des côtes de Mauritanie. On est à 20 milles des côtes. Erwan et Thierry (Gedimat) sont derrière, nous voyons leurs feux. Du coup, on a du boulot. Je pense que cette situation va durer. En Figaro, on sait que c’est toujours comme ça. Nous ne sommes pas affolés, nous avons l’habitude de faire des courses avec du monde autour.

Eux derrière, c’est leur jeu de nous mettre la pression, de réduire cet écart, de faire des décalages. Nous, le but est de répondre en ayant une vitesse correcte. On barre en permanence. A partir d’aujourd’hui, le vent va se calmer. On pourrait presque mettre le pilote mais ça avancerait un peu moins vite. »


LE CLASSEMENT à 5H00
1-ARTEMIS (Sam Matson – Robin Elsey) à 2 661,62 milles
2-AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy-Vincent Biarnes) à 0,25 milles
3-GENERALI (Nicolas Lunven-Gildas Mahe) à 0,45 milles
4-GEDIMAT (Thierry Chabagny-Erwan Tabarly) à 1,74 milles
5-BELLOCQ PAYSAGES SAVEURS DE CORNOUAILLE (Martin le Pape – Eric Peron) à 12,85 milles

Explication sur le classement - Il est calculé à partir de waypoints et/ou en fonction de la route la plus courte pour rallier un point à l’autre sur le parcours. L’équipage d’Artemis figure en tête car ils sont les plus proches du waypoint de La Palma. Or, les leaders de la course sont en réalité (et pour l’instant) Agir Recouvrement.

Retrouvez la carto ici 


Par la rédaction
Source : Effets Mer

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?