samedi 3 décembre 2016

Vendée Globe / Premier coup de tabac, Paul Meilhat aux aguets, Yann Eliès doit freiner

C’est le premier coup de chaud et probablement le premier petit coup de stress depuis le départ du Vendée Globe. Voilà 48 heures que Paul Meilhat fait la course avec une dépression venue de Madagascar et qu’il surveille sa rapide trajectoire comme le lait sur le feu, adaptant la sienne pour éviter de se retrouver dans des vents de 50 nœuds et une mer très forte. De son côté, Yann Eliès freine sévère pour ne pas se trouver piégé dans le plus gros du coup de tabac. La nuit s'annonce longue.


Credit : V.Curutchet/DPPI/VG

Ce samedi matin, par 40 degrés sud, 500 milles dans le nord des Kerguelen, Paul Meilhat semble avoir remporté le duel avec ce phénomène tropical virulent, au prix de nombreux efforts : virement de bord hier soir, réduction et changement de voilure, dans une mer très chaotique. A l’avant de cette dépression, SMA navigue dans des vents de nord de 25-30 nœuds.

Si Paul Meilhat et Jérémie Beyou sont en train de s’échapper devant la dépression tropicale, Yann Eliès, 440 milles derrière, est quant à lui obligé de freiner des deux fers pour la laisser passer. SMA et Maître Coq vont donc marquer l’avantage et creuser l’écart avec Quéguiner – Leucémie Espoir.


7 noeuds de moyenne pour Yann Eliès
Pour Yann Eliès (Queguiner-Leucémie Espoir) les choses se corsent à l'approche de cette méchante dépression qui le hante depuis trois jours. « Je suis le dindon de la farce, j'espère que ça va bien se passer, je vais faire le dos rond avant de reprendre le chemin de la compétition. » Le Briochin a dû ralentir depuis ce matin (7 nœuds de moyenne depuis 24h) pour ne pas se faire coincer dans la tempête générant des vents de 50 nœuds et des creux de 8 mètres. La nuit va être difficile.

Yann Eliès, Queguiner-Leucémie Espoir détaille : « Pour l'instant, je suis encore sur la retenue, j'essaie de ne pas avancer trop vite, la mer est cabossée. D'ici 4 à 5 heures, ça va rentrer pour 40 nœuds d'un coup. Je m'attends à une nuit compliquée, je vais éviter le gros des conditions de mer et de vent. C'est dur d'accepter le retour des copains de derrière, et de voir les deux de devant partir. J'espère que ça va bien se passer, je vais faire le dos rond avant de reprendre le chemin de la compétition. »

Kito de Pavant (Bastide Otio), sait aussi qu'il va se faire cueillir dans les prochaines heures par un front puissant.


Cap Leeuwin lundi !
Armel Le Cléac'h parvient ce soir à contenir le Britannique aux choix de route et de voiles souvent plus extrêmes. 15 milles les séparent ce soir. Lundi matin, tous deux devraient doubler le cap Leeuwin au sud-est de l'Australie. Ca va vite, très vite…


À 18H00 
1 Armel LE CLÉAC’H BANQUE POPULAIRE VIII
2 Alex THOMSON HUGO BOSS à  15.31 nm
3 Sébastien JOSSE EDMOND DE ROTHSCHILD à  566.53 nm
4 Paul MEILHAT SMA à 1202.79 nm
5 Jérémie BEYOU MAITRE COQ à  1233.79 nm

Par la rédaction
Sources : SMA - Mer et Media