vendredi 7 avril 2017

Voiles de Saint Barth / Camper, Puma, Ericsson, les anciens Volvo Ocean Race en force

La 8e édition des Voiles de Saint-Barth est dans les starting blocks. Parmi les engagés, un grand nombre de VOR 60 et VOR 70 ayant participé à la Volvo Ocean Race se retrouveront sur la ligne. De quoi promettre une belle course dans la course la semaine prochaine !


 Voiles de Saint Barth
Credit : Ch.Jouany

Huit anciens VOR
Pour ce cru 2017 des Voiles de Saint-Barth, 57 bateaux sont inscrits. Et pas moins de huit bateaux conçus pour la Volvo Ocean Race (anciennement Whitbread Round the World, course à la voile autour du monde par étape en équipage) : quatre VOR 60 (bateaux utilisés pour la course entre 1993 et 2002) et autant de VOR 70 (unités produites de 2005 à 2012).

Parmi les 60 pieds, on retrouvera l'équipage Lituanien d'Ambersail (ex Assa Abloy 1 dessiné par Bruce Farr et mis à l'eau en 2001). La petite bande du Britannique Chris Stanmore-Major sur Challenger devrait leur donner du fil à retordre. Sans oublier Esprit de Corps IV de Gilles Bardot, mais aussi Esprit de Corps II de Georges Leblanc, ce plan Farr datant de 1996 ayant notamment bouclé la Whitbread 1997-1998 en troisième position sous les couleurs de Swedish Match avant de remporter la fameuse Sydney – Hobart 1999avant d'être rebaptisé Esprit de Corps II il y a deux ans.


A tous les étages
Du coté des 70 pieds, on s'attend également à de belles bagarres. A commencer par SFS II, qui n'est autre que l'ex Puma de Ken Read lors de la Volvo Ocean Race 2011-2012 et sistership de Groupama 4, le bateau vainqueur de cette édition. Le monocoque est depuis passé dans les mains de Lionel Péan.

« Nous allons nous retrouver à quatre VOR 70. Cela sera forcément très stimulant, surtout qu'avec les histoires de rating, les VOR sont plutôt défavorisés par rapport aux Maxi qui courent dans la même classe. Outre le fait de bien figurer au général, terminer premier VOR 70 sera évidemment un challenge pour nous. Nous savons que les régates seront relevées car nous sommes tous très proches en termes de performances », indique le skipper, vainqueur de la Solitaire du Figaro en 1983 ainsi que de la Whitbread avec l'Esprit d'Equipe en 1986.

Warrior, l'ex Camper – Team New-Zealand dessiné par Marcelino Botin et deuxième de la Volvo Ocean Race 2011-2012 avec Chris Nicholson à la barre, récemment acquis par un Américain, sera un adversaire de taille, avec son skipper Stephen Murray.


Des bateaux très proches 
Sans oublier l'ex-Ericsson 4 construit en 2008, année lors de laquelle il a établi le record des 24 heures en équipage et en monocoque avec 596,6 milles avalés (un record qui n'a été battu que six ans plus tard, en 2015, par Comanche avec 618,01 milles), devenu Trifork / L4, un bateau qui en a sous le capot ! Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si ce bateau a remporté la Volvo en 2009, avec le Brésilien Torben Grael.

« A mon sens, Warrior, Trifork / L4 et nous allons vraiment nous bagarrer fort », commente Lionel Péan qui voit Monster Project mené par Roman Guerra sans doute un cran en dessous.

Par la rédaction
Source : G.Coretti