mardi 30 mai 2017

La Solitaire / Charlie Dalin sera l'un des hommes à battre : "La première étape, celle de tous les dangers"

Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) et Martin le Pape (Skipper Macif 2017) ont amarré leurs bateaux dans le Port de la Lune vendredi. Dimanche, les 43 inscrits s’élanceront sur la première étape de la Solitaire URGO Le Figaro, entre Pauillac et Gijón en Espagne. Après trois épreuves d’avant-saison réussies et des entraînements rigoureux, les Skippers Macif sont prêts. ITW.


Credit : A.Courcoux/Macif

Dans quelles dispositions êtes-vous à cinq jours du départ ?
Charlie Dalin : « Je suis prêt ! J’ai encore progressé en vitesse à certaines allures cette année. Je suis dans de bonnes dispositions physiques et mentales avant le départ. J’ai apprécié de faire le convoyage seul de Port-la-Forêt jusque Pauillac. J’aime passer du temps seul en mer, loin de l’agitation des pontons. J’en ai profité pour faire des dernières vérifications de calibration de pilote et passé mes voiles en revue. »

Martin Le Pape : « Je suis content de ma marge de progression en vitesse ou dans la gestion de ma course. J’ai la réelle envie d’aller me frotter à la concurrence ! »


Parlez-nous un peu plus de la 1e étape qui partira de Pauillac le dimanche 4 juin ?
Charlie : « Ce sera une étape de large et cela me convient bien. Il faudra être vigilant au moment du départ avec 43 bateaux sur la ligne dans la Gironde. La suite s’annonce plus ‘classique’ avec du côtier et du large. L’arrivée à Gijón en Espagne est toujours un lieu de rebondissement avec des zones sans vent. Des écarts importants en temps peuvent déjà se créer après une étape. »

Martin : « Sortir de la Gironde peut être très compliqué. Il faudra bien placer le curseur entre la prudence et la compétition. Il y a des risques de talonnage ou même de collision et le courant peut également nous compliquer la tâche. Ensuite, cette étape s’annonce passionnante avec un passage par l’Occidentale de Sein avant de partir vers l’Espagne. »


Comment s’annonce la suite de cette Solitaire URGO Le Figaro ?
Charlie : « Même si nous ne connaissons pas encore la physionomie météo, la première étape s’annonce comme celle de tous les dangers, avec de gros écarts possibles à l’arrivée. Il sera important d’être bien placé tout de suite pour ne pas ‘perdre’ la Solitaire dès l’Espagne. Ce sera ensuite une épreuve très éprouvante, avec des temps de repos très courts aux escales. La lucidité et la bonne gestion du repos feront la différence mais nous arriverons plus fatigués que jamais à Dieppe à l’issue de ces 4 étapes. »

Martin : « Cette Solitaire URGO Le Figaro sera très différente des épreuves du début de saison où l’on régatait au coude à coude sur des parcours côtiers. Nous allons partir sur du large, avec des sections de navigations plus longues. L’expérience et la bonne gestion de la course feront la différence. Le sommeil et la récupération à terre seront aussi très importants. »

Par la rédaction
Source : MA Prestation