mardi 27 janvier 2015

Volvo Ocean Race / Vainqueur en Chine, Charles Caudrelier : "C’est passé à très peu de chose" (ITW)

Ils ne pouvaient rêver mieux. Le Team Dongfeng, projet franco-chinois, s'impose à Sanya. Et avec la manière ! Charles Caudrelier, son skipper, et Pascal Bidegorry, navigateur du bord (qui sera remplacé sur la prochaine étape) reviennent sur cette troisième étape particulièrement dure pour les nerfs.


Credit : V.Fraile/Volvo Ocean Race

Charles Caudrelier : 
"Pour moi, c’est un rêve mais il reste encore six étapes. La course est longue. La difficulté sur la Volvo Ocean Race, c’est de durer.

C’est fantastique d’avoir réussi à s'imposer. Pour le projet, c’est magique. Gagner n’est pas l’objectif principal du projet. C’est de former des Chinois. Mais on arrive à faire les deux, donc c’est vraiment génial.

Tous les jours, cela a été difficile. Mais la partie la plus dure a été Malacca car le vent a été vraiment aléatoire. On n’avait aucun contrôle par rapport à ce qui se passait derrière. Les vents étaient imprévisibles. On a eu un peu de réussite pour sauver notre place. C’est passé à très peu de chose pour que l’on perde cette première place."


Pascal Bidégorry : 
"Malacca, c’était chaud ! On a fait un pointage avec même pas six milles en six heures… 0.9 nœuds, on était arrêté ! Dans ces cas-là, il faut essayer de rester cool, sinon ça ne le fait pas. Dans des moments comme ceux-là, la difficulté, c’est que l’on n’a pas le même vent que nos poursuivants, on n’est pas dans les mêmes systèmes même là pour l’arrivée. On ne peut pas aller au même endroit. Du coup, on n’a pas le même marquage de flotte.


Nous n’avons pas fait de grosses erreurs. Dans Malacca, on a un peu merdé parce qu’on voulait faire notre stratégie et en même temps essayer de les marquer. On a commencé à zigzaguer un peu. Au final eux derrière, ils ne se sont pas emmerdés… Ils allaient tout droit dans la pétole.


Je ne fais pas la prochaine étape. Ca va me manquer mais c’est prévu comme ça. C’est Erwan Israël qui vient me remplacer. Tourner, ça amène un peu de fraîcheur. On l’a vu sur cette étape. Jack (Boutell), il n’avait navigué que trois jours avec nous mais il est super doué ce gamin ! »

Pascal Bidegorry
Credit : S.Greenfield/Dongfeng

Vous conseille : Charles Caudrelier et ses hommes s'imposent à Sanya, l'outsider devient leader !

http://www.scanvoile.com/2015/01/volvo-ocean-race-charles-caudrelier-et.html#.VMdfw_6G-jI


Par la rédaction
Source : VOR

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?