jeudi 29 octobre 2015

Jacques Vabre / Gitana 16 arrivé à Lorient, Seb Josse et Charles Caudrelier expliquent les raisons de l'abandon

Suite à son abandon sur la Transat Jacques Vabre lundi soir, l'IMOCA Edmond de Rothschild a regagné son port d'attache lorientais. Pour Sébastien Josse et les hommes du Gitana Team, l'heure est au bilan et au check complet du bateau. "La conséquence directe aurait été le démâtage."


Credit : Th.Martinez/Gitana SA

Les explications de l'abandon
Sébastien Josse et Charles Caudrelier sont de retour à Lorient. Gitana 16 a retrouvé sa place au ponton de La Base.

Dès son arrivée, l'équipage revenait sur les faits qui les avaient conduits à faire demi-tour lundi soir : « Comme nous l'avons dit, nous n'avons pas connu d'avaries majeures mais bien une série d'incidents qui, combinés les uns aux autres, compte tenu des prévisions météos tempétueuses annoncées (35 - 40 nœuds fichiers et des vagues de plus de 6 mètres), pouvait nous placer dans une situation dangereuse tant pour les hommes que pour le bateau. La météo ne nous laissait pas envisager de fenêtre pour réparer en mer dans un délai acceptable, » rappelait Sébastien Josse avant d'entrer dans les détails.


Problèmes autour du gréement
« Nous avons plusieurs petites casses qui tournent autour du gréement. A commencer par l'anti-déjantement du mât. Sur le pont, il y a une boule de pied de mât sur laquelle repose le mât aile d'Edmond de Rothschild. A l'avant de cette boule, il existe une plaque composites qui permet de garder l'espar captif sur la boule et d'éviter que ce dernier ne se retrouve à côté de sa place originelle.

Cette plaque a sauté et s'est arrachée du pont, venant ainsi fragiliser la tenue du gréement. Cette découverte s'ajoutait à une autre avarie survenue plus tôt dans la journée. Lors d'un check classique de la plate-forme, nous avons constaté la casse d'une pad-eye d'outrigger à tribord. Cette petite pièce ancrée sur le franc-bord à l'avant de la dérive n'est pas capitale mais elle fait partie du système de fixation de l'outrigger afin qu'il soit tenu dans sa bonne position et qu'il ne sorte pas de son logement. 

Sur le bateau, la conséquence directe de ce déboîtage aurait été le démâtage.… Nous savons qu'à cet endroit et avec la mer attendue, un simple démâtage peut prendre des proportions beaucoup plus importantes.»


Charles Caudrelier : "Nous avons laissé parler notre sens marin"
« Il n'y a pas de casse énorme donc c'est toujours discutable…. Mais avec Sébastien, nous avions le même ressenti au même moment et nous avons laissé parler notre sens marin. Malgré le travail de l'équipe qui n'a pas ménagé ses efforts depuis la mise à l'eau, le bateau souffre encore de quelques défauts de jeunesse. 

Bien sûr nous sommes déçus, d'autant que nous étions bien placés, mais il ne faut pas regarder derrière et plutôt se concentrer sur l'avenir et la préparation du Vendée Globe, qui est l'objectif majeur du projet et de l'équipe avec ce bateau, » confiait Charles Caudrelier, le co-skipper d'Edmond de Rothschild.



Vous conseille : Transat Jacques Vabre / Gitana 16 abandonne, Sebastien Josse renonce face à "une série d'incidents"

http://www.scanvoile.com/2015/10/transat-jacques-vabre-gitana-16.html


Par la rédaction
Source : T.Combot Seta

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?