vendredi 18 décembre 2015

IMOCA / Pas de foils pour Bastide Otio, Kito de Pavant "L’objectif est de terminer ce tour du monde !"

Bastide Otio vient d’être mis au sec. Objectif de ce chantier hivernal : optimiser et adapter le monocoque en vue du tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Le compte à rebours est lancé, le départ du Vendée Globe, c’est dans 323 jours.


Crédit : H Giorsetti



Cap sur le Vendée Globe !
A moins de onze mois du départ du tour du monde, Kito de Pavant et toute son équipe sont concentrés sur un seul et unique objectif : être prêt le 6 novembre 2016.  Après cinq jours d’escale technique à Cascais, Kito de Pavant reprenait la mer en solitaire pour effectuer sa qualification.

Comme le stipule l’avis de course, il ne restait plus qu’à qualifier le duo marin/bateau sur un parcours de 1 500 milles en solitaire puisque Kito – en tant que skipper - était déjà qualifié pour avoir terminé les Transat Jacques Vabre 2009 et 2011 à la barre de Groupe Bel, son précédent bateau.


Trois mois d'optimisation et de fiabilisation
Le monocoque Bastide Otio passera l’hiver au chaud à Port-Camargue. « Nous avons deux gros dossiers cet hiver. Tout d’abord les ballasts. Nous en avons huit à bord. Nous allons modifier leurs volumes et reconfigurer entièrement ceux de l’avant en les réduisant pour optimiser la performance aux allures portantes, explique Kito. Ensuite, nous allons changer le système de barre. J’ai besoin de simplicité et surtout de ressentir plus de sensations. Pour l’heure, ce bateau n’est pas à ma main et je le trouve plutôt désagréable à piloter. »

Au programme également : revoir tout le système informatique, électrique, hydraulique et l’ergonomie du monocoque. A l’issue des modifications prévues cet hiver, Kito et son équipe espèrent aussi alléger Bastide Otio d’environ 300 kg.


Pas foils
LA question qui anime toutes les équipes à un moins d’un an du Vendée Globe, foils ou pas foils ? Pour Kito de Pavant, la réponse est claire : « Nous n’avons ni le temps, ni les moyens d’installer des foils. Je souhaite faire un Vendée Globe « sage » si tant est que ce soit possible ! L’objectif pour mes partenaires et moi est de terminer ce tour du monde ! Je préfère valider toutes les solutions techniques que nous avons choisies à ce jour et partir sur le Vendée Globe avec le plus de certitudes possibles. Or le choix des foils pose encore beaucoup d’interrogations. Et puis finalement si on veut voler, autant faire du multicoque ! »


Cherche partenaires complémentaires
Grâce à ses partenaires titres – le Groupe HBF et le Groupe Bastide Médical – et à la trentaine d’entreprises de l’écurie Made in Midi, Kito de Pavant est assuré d’être au départ du Vendée Globe 2016. Mais il manque aujourd’hui au skipper Méditerranéen environ 300 000 euros pour s’élancer dans les meilleures conditions.

par la rédaction
Source : Kito de Pavant

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?