mercredi 13 avril 2016

Transat AG2R / Très sud, la flotte passe le Cap Vert, Gedimat en tête (ITW)

Après le Golfe de Gascogne et les Canaries, place à l’archipel du cap Vert. Une première dans l'histoire de la course, tant les marins sont contraints de plonger sud. Ce matin, la partie de cache-cache dans les îles a commencé. A ce petit jeu, Gedimat mène toujours la danse devant Agir Recouvrement et Cercle Vert.


Cercle Vert sur la Transat AG2R.
Credit : A.Courcoux


Pas si droit finalement le chemin vers le Cabo Verde. Dès hier soir, les équipages ont concédé quelques empannages pour optimiser leur route. Ce matin, l’île de Santa Maria faisait office de séparateur de trafic. Les deux inséparables, Gedimat (en tête) et Agir Recouvrement (2e) se sont engouffrés au nord de l’île, tandis que leurs plus fidèles poursuivants Bretagne-CMB Performance et Generali se frayaient un passage au vent de Boa Vista, 35 milles plus au sud.


Cercle Vert au Nord
80 milles plus au nord, Gildas Morvan et Alexis Loison (Cercle Vert) pourraient choisir, à l’inverse, de poursuivre leur route sans croiser un seul caillou. Ce choix demande mure réflexion car le positionnement des bateaux aujourd’hui sera déterminant pour la suite du parcours vers les Antilles.


Le cap Vert, une première dans la course
Aujourd’hui, les leaders de la course glissent sous spi, 650 milles dans le sud de la route orthodromique. Un immense détour destiné à conserver des alizés soutenus et une première dans l’histoire de la course !


Les marins à la vacation
Vincent Biarnes, Agir Recouvrement : "J’espère qu’on a gagné un peu"
« On est en plein dans l’archipel du cap vert. On vient de passer tout près de Santa Maria, on est passés à un mille dans le nord de l’île. On va passer au milieu du cap Vert. On a fait un recalage car le vent variait un petit peu. J’espère qu’on a gagné un peu, on verra ça bientôt. Je ne sais pas ce que va faire Gedimat. On ne se voit plus, il doit y avoir 10 – 12 milles de décalage entre nous. 

C’est surtout dans les heures qui viennent qu’il va falloir négocier avec les dévents des îles. C’est un moment très important mais la route est encore longue. Par la suite, c’est possible qu’on fasse un seul bord en tribord amure jusqu’à Saint-Barth. Là on est déjà très sud, c’est la première fois que les concurrents de la transat passent aussi sud. Les deux empannages à caler sont très importants et j’espère que celui que nous avons fait ce midi (hier) va être bénéfique. »


Sébastien Simon, Bretagne CMB Performance : "descendre encore dans le sud-ouest"
« C’est plutôt tranquille. On a vu Generali à l’AIS, il nous a doublés tout à l’heure et n’est pas loin. Il y avait pas mal d’îles à négocier, on a choisi de passer entre les deux qui se sont présentées sur notre route. Le but est de descendre encore dans le sud-ouest après îles du cap Vert pour aller chercher les alizés. »


Alexis Loison, Cercle Vert : "ils ont une belle avance"
« On réfléchit à notre voie de passage, on a encore deux possibilités qui s’offrent à nous : passer au milieu des îles ou pas. Vu notre position, on peut tout choisir. Il y a des fichiers météos qui doivent encore tomber. On est patients. 

Le passage de ces îles va jouer sur le classement et la place de chacun pour attaquer la suite. Devant, ils ont une belle avance. Mais il reste encore une dizaine de jours. Le passage des iles, le choix d’aller dans le sud après… risquent encore de chambouler les choses. »



LE CLASSEMENT  à 05H00
1- GEDIMAT (Thierry Chabagny-Erwan Tabarly) à 2261,74 milles de l’arrivée
2- AGIR RECOUVREMENT (Adrien Hardy-Vincent Biarnes) à 5,99 milles du premier
3- CERCLE VERT (Gildas Morvan-Alexis Loison) à 29,43 milles
4- BELLOCQ PAYSAGES SAVEURS DE CORNOUAILLE (Martin Le Pape-Eric Peron) à 41,66 milles
5- BRETAGNE-CMB PERFORMANCE (Sebastien Simon-Xavier Macaire) à 45,62 milles

Par la rédaction
Source : Effets Mer

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?