jeudi 18 août 2016

DRHeam Cup / Première nuit agitée, les favoris, entre blessure et avarie, contraints à l'abandon

La Drheam Cup s'est élancée hier matin. Au programme, un parcours de plus de 300 milles ralliant La Trinité sur Mer à Roscoff. Des conditions météos délicates ont eu raison des deux Ultimes. Blessure à la main pour une des filles autour de Sandrine Bertho et leur équipage 100% féminin à bord d'Actual. Du côté de Prince de Bretagne, grand-voile déchirée pour le Maxi80, en route vers Roscoff. Quant au petit dernier-né, le mini 6.50 Arkema 3, le skipper Quentin Vlamynck a décidé de faire route sur Lorient. 


Crédit : E Allaire


L'Ultim' Actual contraint à l'abandon, blessure à la main pour Sigrid Longeau
Dans un virement de bord, par 26 à 28 nœuds de vent, dans une mer bien formée, Sigrid Longeau, l’une des équipières du Team Actual, s’est blessée à la main. L’équipage a aussitôt fait route vers Brest pour qu’elle puisse y être soignée. Sigrid a été prise en charge peu avant 6h par la SNSM.

Sandrine Bertho et son équipage font ce matin route vers la Trinité-sur-mer. Sigrid a eu la dernière phalange du petit doigt sectionnée. La navigatrice va bien, même si elle était un peu sonnée lorsque les sauveteurs l’ont prise en charge au petit jour.

« Ce n’est pas une blessure très grave, mais nous sommes toutes un peu choquées. Le vent était plus fort qu’annoncé, la mer aussi. Ce sont des bateaux très puissants. Dans les manœuvres, tout bouge beaucoup, surtout dans une mer formée comme hier, tout devient vite compliqué lorsque l’on a pas encore tous les automatismes propres à ce bateau », précisait Sandrine Bertho.


Prince de Bretagne vers Roscoff
Sur les coups de 22h hier, Lionel Lemonchois et son équipage ont contacté la direction de course de la Drheam Cup afin de signifier la déchirure de leur grand voile. Alors qu'il était en tête de la grande course, dans une vingtaine de noeuds de vents de nord-ouest, le team Prince de Bretagne n'a pu que constater que sa voile majeure était endommagée. La décision a donc été prise de faire route directe sur Roscoff.

« On sortait de 30/31 noeuds de vent maximum, on avait passé le plus fort et le point d’écoute du 2ème ris s’est arraché, d’un coup, ça a pété net. Aucune erreur de manoeuvre n’étant à regretter et les conditions de vent restant modérées, l’hypothèse d’un problème de structure de la voile est actuellement à l’étude. Incidences Brest est en route pour venir récupérer la voile qu’on a débarquée ce matin et tenter de la réparer au plus vite »

« Je suis déçu, ce n’est jamais cool de ne pas finir une course, surtout que tout marchait bien, on avait passé le plus inconfortable et la lutte avec Actual était très intéressante : un coup devant, un coup derrière, on avait un vrai concurrent avec des vitesses proches. » Le team a désormais entamé une course contre la montre afin de pouvoir réparer dans les temps pour pouvoir prendre part au Trophée Prince de Bretagne Sud Goëlo, jeudi prochain.


Météo trop dure pour le prototype Mini Arkema, Quentin Vlamynck abandonne
Quentin Vlamynck, skipper du mini 6.50 Arkema 3, a annoncé à la direction de course son retrait du parcours de la Drheam cup. Les conditions météo étant trop risquées pour le proto à ce stade d’optimisation, décision a été prise de faire route directe vers Lorient.

Quentin Vlamynck : « Il y a une part de déception car c’est la première fois que j’abandonne une course, mais cela n’aurait pas du tout été raisonnable de continuer. Les fichiers prévoyaient 30 à 35 nœuds de vent de travers cette nuit le long des côtes anglaises et cela aurait vraiment été dangereux. Nous avons profité du début de course pour en apprendre davantage sur le bateau. Nous avons fait de bons bords et n’avons rien lâché jusque minuit. C’est à la réception du dernier fichier météo que nous avons pris la décision de faire demi-tour. Le bateau est toujours en phase d’optimisation. Cela ne sert à rien de prendre des risques inutiles. »

par la rédaction
Sources : Actual - Prince de Bretagne - Arkema

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?