samedi 24 septembre 2016

Armel Le Cléac'h remporte les 24h du Défi Azimut, Morgan Lagravière et Jérémie Beyou sur le podium

C'est fait ! Après The Transat avant l'été, Armel Le Cléac’h a remporté le grand parcours du Défi Azimut. Le skipper du monocoque Banque Populaire VIII a coupé la ligne d’arrivée à 11h 56min 26s ce samedi. Morgan Lagravière, sur Safran, signe une très belle deuxième place à seulement 20 minutes du vainqueur. Jérémie Beyou et Maître CoQ complètent le podium. Paul Meilhat, premier non foiler, se place quatrième. 




Net et sans bavure
Solidement installé en tête de flotte dès les premières longueurs, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) a tenu son rang de favori tout du long. Il n’a pas laissé s’échapper une victoire nette et sans bavure.

Dans son sillage, Morgan Lagravière (SAFRAN), bien dans le match, a toutes les raisons d’être satisfait. Le jeune compétiteur décroche une deuxième place bien méritée, à bord de son monocoque fraîchement équipé de nouveaux foils.

Quant à Jérémie Beyou (Maître CoQ), qui signe un retour tonitruant sur la fin du parcours, flashé à 18-19 nœuds en vitesse de pointe, il prouve qu’il maîtrise son sujet. Au final, un podium trusté par trois bateaux à foils.


SMA dans le match
Pour autant, si les foilers l’emportent, la 4è place de Paul Meilhat (SMA) dans les talons des leaders vient tempérer des conclusions trop hâtives. Les bateaux à dérives classiques n’ont pas démérité et ont encore leur mot à dire. D’autant que tous s’accordent pour souligner que si les « foilers » prouvent qu’ils ont fait un bond en avant, les places d’honneur de ces 24H Azimut se sont avant tout jouées en termes tactique et de régate pure, au niveau des trajectoires comme des choix de voiles.


Demain Tour de l'Ile de Groix 
Le Défi Azimut reprend dès demain avec les runs de vitesse et le traditionnel Chrono Azimut-Tour de l’île de Groix. Ce format de course, en équipage cette fois, offre aux skippers l’occasion d’embarquer des membres de leur équipe technique et des partenaires. Du vent d’ouest d’une bonne quinzaine de nœuds est annoncé. Ces conditions permettront-elles de battre le record d’1 heure 08 minutes et 10 secondes établi l’année dernière par les hommes de PRB ?



Armel La Cléac’h (Banque Populaire VIII), vainqueur : "Un gain de confiance"
« Le bilan est positif, c’était une petite répétition générale, même si l’enjeu est minime par rapport au Vendée Globe, mais c’est toujours sympa de voir que tout fonctionne à bord, d’être devant les petits camarades sur tout le parcours, de voir que la vitesse du bateau est là… 

On a eu un peu toutes les conditions, le bord de près était assez intéressant, il y a eu pas mal d’options, je m’en suis plutôt bien tiré, j’en suis sorti avec 2,5 milles d’avance sur Morgan (Lagravière).

Marquer des points psychologiquement ? Je n’en sais rien. L’important c’est de confirmer que tout va bien à bord, ça permet de tout valider : c’est un gain de confiance pour moi et pour l’équipe. »

Morgan Lagravière (SAFRAN), deuxième : "Des points marqués"
« On a fait pas mal de modifications sur le bateau ces derniers mois, notamment sur les foils : on avait besoin de se confronter et se rassurer sur les performances du bateau. 

C’était aussi l’occasion de continuer à travailler sur les manœuvres pour éviter ce qui s’est passé à l’arrivée où j’ai été obligé de décrocher une voile à l’eau… Faire deuxième derrière Banque Populaire et devant des ténors de la série, c’est toujours satisfaisant.

On savait qu’on avait un super bateau, une équipe performante, mais c’est toujours bien de le prouver aux autres. Ce sont des points marqués mais notre confiance était déjà là. Sur ce type d’épreuve, on vient pour gagner, on n’a peur de personne ! »

Jérémie Beyou (Maître CoQ), troisième : "je suis revenu de loin"
« Il y avait du vent, plein de bateaux, du soleil, ça a joué jusqu’à la fin et heureusement pour moi parce que j’ai eu un petit peu de mal au démarrage… Il y a eu du bon et du moins bon mais des leçons à en tirer : c’était intéressant !

On a fait quelques comparatifs de vitesse. Il nous reste encore quelques semaines pour travailler sur les réglages fins. Nous avons eu du vent cette nuit, il n’est donc pas surprenant que les foilers aient bien accroché. On était à l’aise, on ne s’est pas fait déboiter par les bateaux à dérive mais je pense que la stratégie a joué : ça a bien payé aux extrémités du plan d’eau. 

Sur le retour, j’ai fait une grosse différence, je suis revenu de loin avec un choix de voile différent, sous gennaker, j’étais plus lofé, autour de 18 – 21 nœuds alors que les autres étaient entre 16 et 18 nœuds : j’ai réussi a gagner quelques places et pas mal de distance, c’était plutôt sympa ! »

Paul Mailhat (SMA), quatrième : "ils ont tiré les meilleurs bords"
« C’était un super parcours. On a eu du petit temps puis c’est monté. On a fait pas mal de changements de voiles et on a surtout eu un bon bord de près avec des choix tactiques, c’est là que cela s’est joué d’ailleurs, et un grand bord sous spi pour rentrer pleine balle. 

Étonnamment, c’était un parcours favorable aux bateaux à dérive et ce sont les foilers qui sont devant, mais ils sont devant parce qu’ils ont tiré les meilleurs bords ! »


Classement (12 partants)
1. Armel Le Cléac’h – Banque Populaire arrivé à 11h 56min 26s en 18h 48min 26s à 12,46 nœuds
2. Morgan Lagravière – Safran arrivé à 12h 16min 26s en 19h 08min 26s à 12,45 nœuds
3. Jérémie Beyou – Maître CoQ arrivé à 12h 20min 30s en 19h 12min 30s à 12,55 nœuds
4. Paul Meilhat – SMA arrivé à 12h 24min 24s en 19h 16min 24s à 12, 96 nœuds
5. Vincent Riou - PRB arrivé à 12h 27min 58s en 19h 19min 58s
6. Sébastien Josse - Edmond de Rothschild arrivé à 12h 28min 17s en 19h 20min 17s
7. Yann Eliès - Quéguiner Leucémie Espoir arrivé à 12h 49min 40s en 19h 41min 40s
8. Thomas Ruyant - Le Souffle du Nord arrivé à 13h 02min 17s en 20h 18min 17s
9. Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) arrivé à 14h26'48", temps de course 21H17'48"
10. Bertrand de Broc (MACSF) arrivé à 14h29'45", temps de course 21h21'45"
11. Tanguy de Lamotte (Initiatives-Coeur) arrivé à 14h36'00, temps de course 21h28'00"
Abandon de Conrad Colman (souci d'électronique)

par la rédaction
Sources : Defi Azimut - ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?