jeudi 7 décembre 2017

Record / 33ème jour de mer et près de cinq jours d'avance, François Gabart a "une gnaque terrible"

François Gabart hallucine ! 33ème jour de mer pour Macif, 1700 milles d'avance et près de 5 jours de mieux que Thomas Coville ! La hargne du skipper combinée aux extraordinaires capacités du trimaran Macif font des merveilles dans la remontée de l'Atlantique Sud. Jean Yves Bernot, routeur à terre, raconte. 


Crédit : JM Liot



Cette remontée expresse de l'Atlantique Sud a connu hier soir un ralentissement à l’approche des zones de hautes pressions qui sévissent au large du Brésil. Un ralentissement très relatif : le skipper  est parvenu à tutoyer toute la nuit la vingtaine de nœuds de vitesse. 

François a poussé très fort sur la machine
« François a pu négocier parfaitement cette première difficulté météo grâce aux efforts prodigués dans le sud. Il a poussé très fort sur la machine depuis la Nouvelle Zélande précisément pour aborder de la meilleure des manières cette première moitié d’Atlantique Sud, en contournant par l’est ce magma instable de hautes pressions » explique Jean Yves Bernot.


Une « gnaque » terrible
« Avec le soleil, le beau temps, et le ralentissement du rythme de course, François peut de nouveau évoluer librement sur le pont, procéder à ses réparations et profiter pleinement de ce répit. Il a réglé, au moins pour le moment, ses problèmes de galette et de J2. Le bateau est absolument intègre et doté de 100% des son potentiel. Certes, François accuse la fatigue, mais le grand froid et le stress des hautes vitesses du Grand Sud sont derrière lui. Ce n’est plus la même fatigue, et on le sent animé d’une « gnaque » terrible. » conclut le routeur.


Chiffres du 7 décembre à 13h30 (HF) : 
Avance : 1747,3 Milles
Vitesse 24h : 22 Noeuds
VMG 24H : 21,3 Noeuds
Distance parcourue 24h : 528,5 Milles

Source : Macif