lundi 8 juin 2015

Solitaire du Figaro / Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel) a démâté : " Le V1 a cédé" (ITW)

A 15h10 ce lundi 8 juin, Corentin Horeau, le skipper de Bretagne-Credit Mutuel Performance, a indiqué à la direction de course de La Solitaire du Figaro qu'il avait subit un démâtage. Le vent soufflait alors à 25 noeuds avec des rafales à 30, le skipper se trouvait au large de la baie baldaio à quelques milles de La Corogne. 


Corentin Horeau a dématé sur La Solitaire du Figaro.
Credit : A.Pilpré

Pour le jeune navigateur Trinitain, deuxième de l’épreuve l’an passé, c’est finalement une petite chance dans son malheur puisqu’il devrait ainsi avoir le temps de réparer et de repartir avec les compteurs à zéro.


« Lorsque le mât est tombé, ça m’a fait très bizarre et j’ai tout de suite pensé à ce qui était arrivé à Yann Eliès, l’année dernière, sur cette même course. Quand ça arrive à un autre, on ne se rend pas vraiment compte mais quand ça nous arrive à nous, on a vraiment le sentiment que c’est le ciel qui nous tombe sur la tête », a commenté Corentin Horeau, peu après son arrivée à la Marina Real / RC Nautico de La Corogne, hier soir.


Le V1 a cédé
« Je n’ai pas compris tout de suite ce qui se passait car après avoir entendu un grand bruit, lorsque j’ai regardé devant moi, les afficheurs étaient toujours en place. Et pour cause, l’espar s’est rompu à la hauteur de la première barre de flèche avant de tomber sur le côté droit du bateau. C’est en fait le V1 qui a cédé, un câble périphérique que nous n’avions pas auparavant », a déclaré le skipper Performance de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – Crédit Mutuel qui, au moment des faits, était parfaitement dans le bon tempo et s’offrait même le luxe de grappiller quelques milles sur les leaders.


"Une belle occasion de me remettre dans le match"
« J’avançais super bien et j’étais en train de revenir sur les mecs de devant. Forcément, quand c’est arrivé, je me suis dit que pour cette Solitaire, c’était cuit. D’ailleurs, lorsque j’ai appris que Gilles Chiorri, le Directeur de course, prenait la décision de neutraliser la course, j’étais un peu dans le flou et je n’ai pas réalisé tout de suite que finalement, pour moi, c’était une belle occasion de me remettre dans le match ».

Les dirigeants du Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt et son préparateur, Goulven Le Clech, eux, n’ont pas mis longtemps à le comprendre et ont instantanément tout organisé pour lui permettre de repartir avec les autres, a priori demain jeudi. « J’étais à peine arrivé au ponton que tout était déjà engagé », s’est réjoui le marin.


Un mât neuf attendu mercredi
De fait, un mât neuf de chez Iroise gréement doit arriver aujourd'hui, en Espagne, avec un technicien puis un électricien qui auront en charge de tout reconnecter avant le nouveau départ de cette deuxième étape. Une étape qui recommencera alors de zéro. « Finalement, j’ai de la chance dans mon malheur. C’est un signe du destin, sans doute », a conclu Corentin qui a, par ailleurs, pu pratiquement tout récupérer lors de son avarie (bôme, drisses, solent…) à l’exception de sa grand-voile… et qui est d’ores et déjà remonté comme un coucou pour la suite des évènements.

Par la rédaction
Source : Rivacom

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?