lundi 9 mai 2016

Class40 / Maxime Sorel revient sur sa collision et son abandon de The Transat : "Je suis dégouté"

Sa course s'est arrêtée brutalement mardi dernier. La faute à un cargo qui s'est trouvé sur son chemin. Maxime Sorel, alors deuxième de The Transat en Class40, n'a eu d'autre choix que d'abandonner après quelques heures de course seulement. Son "V and B" ne pouvait plus traverser l'Atlantique après sa collision. Rencontre avec le jeune skipper à son arrivée à La Trinité sur Mer, un marin déçu et encore choqué.



Credit : E Allaire

Vous avez dû abandonner suite à une collision avec un cargo. Pouvez-vous revenir sur l'accident ?
On a quitté Plymouth le lundi après-midi et le choc a eu lieu le mardi à 9h30. Je n'étais pas parti en tête, mais après une traversée de la Manche pleine balle, j'avais remonté tout le monde. Puis tout s'est arrêté net.

Le cargo n'a pas bougé de sa route. Ni avant, ni après le choc. Il est passé entre Phil Sharp et moi. Il ne savait sûrement pas qu'on était en course.

Plutôt que de casser le gennaker et de prendre le cargo de face, j'ai choisi de le prendre à la perpendiculaire. Je me suis dit que ça pouvait peut-être marcher. Ca a effectivement marché. C'est donc le bout dehors qui a pris, et l'etai doit être légèrement endommagé également.

Dans la journée, les affaires maritimes ont arrêté le cargo, qui a fait escale à Brest quelques heures pour entendre le capitaine. De mon côté, j'ai été entendu à la Gendarmerie.


Comment vous sentez-vous maintenant ?
Evidemment, je suis choqué. J'ai quand même envoyé mon bateau dans un mur ! J'ai pris la barre pour prendre le cargo de face et ainsi avoir moins de dégât, mais il n'empêche ! Immédiatement après, j'ai affalé mon spi et sécurisé mon gréement. J'ai alors essayé de joindre le cargo à la VHF mais il devait déjà être hors de portée.

Au début, j'ai maintenu mon cap et appelé Nicolas Groleau, le constructeur du bateau, ainsi que Sam Manuard, l'architecte. Je voulais savoir ce que je pouvais faire. Mais finalement, j'ai été contraint de rentrer et d'abandonner. Je suis dégoûté.


Comment va le moral ?
C'est dur. Le bateau marchait super bien. Phil Sharp était devant mais comme il avait pris le DST, il pouvait écoper d'une pénalité (NDLR : le jury a tranché depuis. Le skipper britannique a écopé de 6 heures de pénalité). C’était vraiment bien parti. 

On était prêt, on avait un niveau de préparation supérieure à la Transat Jacques Vabre. Je me sentais encore un peu diminué physiquement suite à mon opération mais j’étais confiant. Et encore plus après les entrainements d'avant saison ! C'est vraiment dommage. J'aurais aimé finir pour voir ce que cela aurait donné.


Quelle est la suite du programme ?
On va sortir le bateau de l'eau à La Trinité sur mer (NDLR : ce lundi matin). On checke tout, on déquille, et on répare en tablant sur une remise à l'eau fin mai. Ensuite, ce sera déjà le temps du convoyage pour la Quebec - Saint Malo. Convoyage par la mer ou en cargo, ce n'est pas encore décidé. On s'attend maintenant à beaucoup d'heures de travail. Il faut tout vérifier et refaire à neuf.

Ca rajoute un coût dans le budget. Au niveau des assurances, j'espère que le cargo va prendre en charge les coûts liés à l'accident. Et pour terminer l'année 2016, j'ai encore besoin idéalement de 65000 euros.

Vous conseille : The Transat / VandB a heurté un cargo, Maxime Sorel abandonne : "Je suis en stress" (ITW)

http://www.scanvoile.com/2016/05/flash-vandb-heurte-un-cargo-ce-matin.html#.Vy9MRPnhDIU


Propos recueillis par E.Allaire
Source : ScanVoile

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?