mardi 3 mai 2016

The Transat / VandB a heurté un cargo, Maxime Sorel abandonne : "Je suis en stress" (ITW)

Aujourd’hui 3 mai, à 10h59 heure française, la direction de course de The Transat bakerly a reçu un appel de Maxime Sorel, skipper du Class40 VandB. Il est rentré en collision avec un cargo et son bout dehors a été endommagé. Il est également possible que le gréément soit abimé mais il est toujours en place. 


V and B, class40 de Maxime Sorel, est entré en collision avec un cargo. Le skipper abandonne The Transat.
Crédit : Lloyd Images





Le skipper n’est pas blessé. Il fait route actuellement vers la Bretagne où il évaluera les dégâts une fois au port. 

Le bateau est actuellement à 90 milles nautiques dans l’Ouest de Penmarc’h.

MAJ à 17 h : Maxime Sorel : "J’ai tenté d'éviter le cargo mais c’était trop tard"


Le marin revient sur les circonstances de cet incident survenu au large de la pointe de Penmarc’h, dans des eaux où le trafic maritime est particulièrement important. Il fait route actuellement vers le port de la Trinité-sur-Mer qu’il espère rejoindre demain.

« J’étais à la veille. Le cargo, je ne le voyais pas. J’étais sous spi et je n’avançais pas très vite. J’ai tenté de l’éviter mais c’était trop tard. Il faisait route sur moi. J’avais deux solutions, soit faire glisser mon bateau sur le côté et j’aurais sans doute perdu le mât, soit de le percuter perpendiculairement, ce que j’ai fait. (…) Je l'ai percuté sur leur tribord. Ils montaient vers le DST Ouessant. On aurait dû faire des routes parallèles. J’ai aussi légèrement abîmé mon étai. Je n’ai pas eu d’impact avec mon bateau.

C’est décevant d’arrêter comme ça. Le projet, c’est d’aller à la Trinité pour voir avec le chantier de construction ce que l’on peut faire mais il y a une pièce à faire, donc la course est terminée.

Assez satisfait de mon début de course avec le passage à Ouessant qui a bien marché par rapport à ce que les autres ont fait.

J’ai croisé Isabelle (Joschke) tout à l’heure (Generali-Horizon Mixité) et j’ai vu que j’avais pris pas mal d’avance sur elle. Je lui ai dit de faire gaffe car il y a beaucoup de cargos qui ne sont pas vigilants du tout.

Je suis en stress de voir tous ces cargos autour de moi. J’ai cette image dans la tête et dès que j’en vois un, je suis en stress. Le gréement est sécurisé. J’ai pu mettre l’étai de trinquette et si l’étai lâche, ça tiendra. J’espère arriver demain matin. »


par la rédaction 
Source : Oc Sport

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?