jeudi 16 juin 2016

New York - Vendée / Déçu Yann Eliès, 11e aux Sables : "A milles lieues de ce que j’espérais"

Arrivé aux Sables d’Olonne dimanche, Yann Eliès a bouclé la Transat New-York – Vendée en 11e position, moins d’une heure après Morvan Lagravière et à peine plus de 35 minutes après Jean-Pierre Dick. "Mon résultat est à milles lieues de ce que j’espérais et de ce que j’avais envie de faire. Mais passer un peu plus de dix jours sur ces bateaux-là en solitaire, c’est toujours de l’expérience engrangée en vue du Vendée Globe."


Yann Eliès, déçu de sa New York - Vendée
Credit : A.Courcoux


"Je n’ai pas toujours été en mode course"
« Heureusement qu’il y a eu cette petite course dans la course entre nous trois sinon, ça aurait vraiment été un chemin de Croix. Cela étant, je n’ai pas toujours été en mode course, je l’avoue. Une fois que j’ai su que j’avais ma qualif’ en poche pour le Vendée Globe, j’ai préféré assurer et repasser sur un mode plus proche du convoyage pour ramener le bateau dans le meilleur état possible », a commenté le Costarmoricain, déçu de sa performance. Le skipper avait dû faire demi-tour peu après le départ de la New York - Vendée, suite à une collision.


"Sur le Vendée Gobe, il n’y aura pas de deuxième chance"
« Mon résultat est à milles lieues de ce que j’espérais et de ce que j’avais envie de faire. C’est pour cette raison qu’il y a énormément de déception aujourd’hui. Ca fait mal, mais cela confirme que je suis un compétiteur dans l’âme. A coup sûr, ça va me rester un moment en travers de la gorge mais cela va aussi me donner soif de revanche. 

Sur le Vendée Gobe, il n’y aura pas de deuxième chance. Il va falloir se remettre en question et se nourrir de tout ça pour aller de l’avant, en ressortir grandi. C’est un exercice que je connais, j’ai déjà eu à me relever », assure le skipper de Quéguiner – Leucémie Espoir, bien décidé à passer au plus vite à autre chose.


De l’expérience engrangée 
« Passer un peu plus de dix jours sur ces bateaux-là en solitaire, c’est toujours de l’expérience engrangée en vue du Vendée Globe. J’ai ainsi pu me rendre compte que mon bateau est globalement agréable à vivre et pas si difficile que ça à utiliser, mais aussi que dans les conditions où ça tartine (lorsqu’il y a plus de 20 nœuds de vent), ça devient vite humide et inconfortable. 

Il va falloir un peu bosser sur ces points-là dans les semaines qui viennent, afin que ce soit un peu plus vivable, mais aussi régler le problème de la voie d’eau que nous avons eue suite à la rencontre avec un OFNI peu après le départ afin d’éviter que cela ne se reproduise pas pendant le tour du monde »,  conclut Yann Eliès.


Vous conseille : New York - Vendée / Yann Eliès se déroute vers Newport, choc avec un OFNI sur Queguiner

http://www.scanvoile.com/2016/05/new-york-vendee-yann-elies-se-deroute.html

Par la rédaction
Source : Rivacom

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez intervenir sur cet article ?