vendredi 7 avril 2017

Multi50 / Armel Tripon passe sur trois coques, Réauté et ses foils mis à l'eau, premiers bords lundi

Grand moment pour Armel Tripon : le skipper a mis à l'eau le Multi50 Réauté Chocolat à la Trinité-sur-mer après cinq mois de chantier. L'ex-Actual a donc retrouvé l'eau cet après-midi, le premier de la classe à être équipé de foils. Il faudra patienter trois semaines avant de voir le trimaran et son skipper en compétition. L'équipage sera aligné sur le Tour de Belle-Ile, avec un objectif : prendre en mains ce nouveau bateau pour se focaliser sur son objectif majeur : la Transat Jacques Vabre. Le trimaran sera baptisé officiellement le 20 avril prochain à Nantes.


Le Multi50 Réauté est à l'eau
Credit : P.Bouras


Le Multi50 RÉAUTÉ CHOCOLAT est mis à l’eau aujourd’hui à La Trinité. C’est un moment important !
Armel Tripon : « Oui ! Je mets à l’eau le premier multicoque océanique de ma carrière, ce n’est pas rien ! RÉAUTÉ CHOCOLAT va retrouver son élément après une période de travaux conséquente puisque nous lui avons consacré cinq mois de chantier ici. C'est un bon moment, après ce chantier qui a été complexe. Maintenant, nous allons pouvoir passer à la phase navigation proprement dite, la mise au point sur l’eau et les premières compétitions. »


Quels sont les travaux les plus importants effectués sur le bateau cet hiver ?
« Nous avons commencé par mettre le bateau complètement à nu : nous l’avons entièrement désarmé et désossé. Tout l'accastillage a été démonté, vérifié et remplacé quand nous l’avons estimé nécessaire que ce soit les winches, le gréement, les colonnes, les poulies, les filets, etc. Nous avons refait entièrement la peinture. Le résultat en valait la peine : le bateau est splendide. »


Et à propos de l’électronique et du câblage ?
« Gros dossier également ! Ce poste était identifié comme un des rares points faibles du bateau et, en accord avec mon partenaire, je voulais absolument repartir sur une base saine et fiable. Donc nous avons refait entièrement le câblage et changé tous les équipements électriques et électroniques pour. »


Pouvez-vous nous parler des foils, nouveaux venus sur le bateau ?
« La Classe Multi50 ayant décidé de les autoriser via des foils monotypes, nous avons saisi cette opportunité pour faire évoluer le bateau et pouvoir être compétitifs. Le gain de vitesse annoncé est de l'ordre de 12 à 15%. Cela aurait été dommage de ne pas en installer et de regarder partir les petits copains devant nous sur l’eau ! 

Le bateau, en fibre de verre, n’ayant pas été conçu pour cela à l’origine, il a fallu énormément le renforcer, notamment les bras de liaison entre la coque centrale et les flotteurs, et les flotteurs eux-mêmes. Cela représente forcément un devis de poids et il fallait faire attention à respecter les coefficients de sécurité tout en gagnant du poids ailleurs pour compenser. Ils sont solides : capables de supporter des charges de 19 tonnes ! 

On a beaucoup travaillé là-dessus, notamment avec l’architecte du bateau Guillaume Verdier. Dans la brise, nous devrions être très performants.»


Maintenant, quel est le programme ?
« Dès lundi ce sera les premiers bords de navigation, les premiers tests, le réglage des instruments. On va y aller petit à petit, sans tirer sur le bateau, et notre première course sera le Tour de Belle-Ile. »


Concernant la saison, quel sera l’objectif sportif ?
« L’objectif est de sécuriser le projet au maximum, je n’ai pas du tout envie de brûler les étapes si c’est pour mettre le bateau sur le toit ! Je pense qu’au départ de la Transat Jacques Vabre, nous serons au moins sept Multi50 compétitifs… dont celui de mon ex coéquipier et ami Erwan Le Roux. Ce sera sympa ça aussi. »


Zoom sur le bateau
Longueur : 15,24 m
Largeur : 15 m
Tirant d'air : 23,77m
Tirant d'eau : 2 m / 3,50 m
Déplacement : 4,2 t
Surface de voiles au près : 180 m²
Surface de voiles au portant : 270 m²
Architecte : Guillaume Verdier
Date de construction : 2009 (ex Actual)
Particularité : doté de foils en C (monotypes)

Par la rédaction
Source : J.Cornille