mardi 2 mai 2017

IMOCA / SMA remis à l'eau, foil hybride à l'essai cette semaine : "Nous allons un peu essuyer les plâtres"

Vendredi, SMA a été remis à l’eau et remâté à Port-la-Forêt. De son côté, Paul Meilhat a couru le Grand Prix Guyader en Diam24 ce week-end avant d'y retourner avec son IMOCA en fin de semaine. Le foil sera installé à tribord à la veille du convoyage vers Douarnenez, pour quatre jours de large et de runs.


SMA est à l'eau
Credit : JM Liot

Tester le foil
SMA est sorti du chantier de Mer Agitée ce vendredi. Sa remise à l’eau sonne la fin de plusieurs semaines de remise en état du bateau, mais aussi le début d’une nouvelle expérimentation : la navigation sous foil. « Ce n’est pas si simple à mettre en place, prévient Marcus Hutchinson, le team manager de SMA. Il faudra installer le foil à tribord, et cela ne peut se faire qu’une fois le bateau à l’eau. »

Un foil bientôt sous l’eau et un skipper déjà sur l’eau. Paul Meilhat était au Grand Prix Guyader, où il retrouvait l’équipage de Vivacar, et notamment les Souben père et fils. « Nous sommes un peu dans la posture des foilers du Vendée Globe il y a 18 mois, à défricher un nouvel univers, puisque personne n’a jamais testé cette forme, ni le système que nous avons mis en place pour le monter et le descendre ».


Premiers tests en convoyage vers Douarnenez
La toute première navigation aura donc lieu mercredi 3 mai, lors du convoyage entre Port-la-Forêt et Douarnenez. « Avec deux jours de course au large et de nombreux runs,  explique Marcus Hutchinson, il y aura forcément de belles occasions d’en apprendre un peu, et de faire des ajustements au fil des exercices. »

C’est donc un nouveau terrain de jeu qui s’ouvre pour Paul Meilhat. « C’est l’une des premières innovations qu’on apporte sur le bateau depuis que je suis dans le projet. Mais ne nous trompons pas d’objectif sur le Grand Prix Guyader. Nous allons un peu essuyer les plâtres avec un côté que nous maîtrisons très bien et un qui sera expérimental. La priorité sera d’en apprendre plus et de recueillir des données sur le foil… même si le fait d’être en régate attise toujours l’appétit ».


Eviter de faire des bêtises
Depuis un mois, Gwénolé Gahinet a rejoint l’équipe. Skipper, mais aussi ingénieur et architecte naval, le jeune trentenaire vient apporter son expertise du calcul et de la performance. « Depuis trois semaines, j’essaie de bien comprendre les enjeux, le nouveau foil, et j’accompagne les évolutions du bateau, notamment sur le dossier de l’électronique. Je discute aussi beaucoup avec Mer Forte. Ces échanges permettent de mieux comprendre comment utiliser le foil et éviter de faire des bêtises. » 

Par la rédaction
Source : SMA