samedi 24 juin 2017

Ultime / Veille de départ, les 4 Ultimes sont à poste à Saint Nazaire pour The Bridge 2017

Depuis jeudi soir, les 4 Ultimes sont à poste à Saint Nazaire, parés à larguer les amarres pour New York et une bonne semaine de course sur The Bridge. Face au Queen Mary 2, les quatre équipages vont devoir négocier une brise faible à modérée de secteur Nord-Ouest à Nord, pour sortir à la volée de l’estuaire de la Loire. Départ dimanche à 19 heures.  


Crédit : Th Martinez


Les quatre multicoques vont devoir composer avec une zone de calme au large du golfe de Gascogne dès les premières heures de la nuit. Thomas Coville, annonçait dès vendredi qu’il avait opté pour la voie Nord, quand certains équipiers d'Idec Sport penchaient vers une route Sud. A ce jour, rien n’est encore clarifié sur l’océan Atlantique. Une dépression de faible gradient va passer sur la route de The Bridge dès lundi soir, alors que l’anticyclone des Açores, étalé de l’Espagne aux Caraïbes, va progressivement se rétracter sur lui-même. Passer par le Nord, c’est s’assurer d’une brise plutôt établie de secteur Ouest, donc contraire ; glisser par le Sud, c’est se faire pousser par les alizés de Nord-Est à Est.

En annonçant son arrivée à New York, le 1er juillet à 8 heures (heure locale), le Queen Mary 2 va devoir aligner des journées de 550 milles environ sur les cinq jours et dix-neuf heures de sa traversée. Les skippers semblent plutôt tabler sur une traversée en huit jours plein.


Thomas Coville (skipper de Sodebo Ultim’) : « THE BRIDGE sera vraiment la première confrontation que nous aurons en trimarans Ultimes ! Ces bateaux hors normes sont conçus pour des courses en solitaire et en particulier pour un tour du monde. Le Collectif Ultim s’est en effet projeté jusqu’en 2019 mais le point de départ de ce programme, c’est THE BRIDGE, une course en équipage : j’ai donc briefé mes équipiers sur la sécurité et sur la météo pour nous concentrer sur le match. »

François Gabart (skipper de MACIF) : « Le Queen Mary 2 a une vitesse moyenne proche de la nôtre sur un tel parcours. Et si on a la chance de se croiser au milieu de l’Atlantique, c’est génial ! Et n’oublions pas qu’il y a deux bateaux présents ici à Saint-Nazaire, qui ont réalisé des records extraordinaires autour du monde, en solitaire (Sodebo Ultim’) et en équipage (IDEC Sport). »

par la rédaction
Source : Frette Communication